Izabela Habur / Istock.com Une étude dresse le portrait-robot du passager grossier en avion : un homme égocentrique ayant peu volé.

On en trouve presque un sur chaque vol. Un rustre qui claque des doigts pour appeler l’hôtesse, tape dans le dossier de votre siège toutes les cinq minutes et refuse de redresser le sien pendant le repas. Et selon une toute nouvelle étude, ce passager-là est sans doute quelqu’un qui prend rarement l’avion.

Dans un article tout récemment publié, Ryan Meldrum, chercheur à l’université internationale de Floride (FUI), a cherché à savoir s’il pouvait dresser le portrait-robot du passager «imprudent».

Pour cette étude, il a demandé aux participants d’indiquer s’ils étaient susceptibles ou non d’afficher certains comportements en avion. La liste de ces atteintes à la politesse élémentaire incluait des choses très variées: ne pas attendre que l’appareil ait atteint son altitude de croisière pour incliner son siège , «émettre des gaz», ne pas se laver les mains après être passé aux toilettes ou encore insulter un passager qui a heurté son siège.

Ryan Meldrum a ensuite rassemblé des informations démographiques sur les participants, parmi lesquelles leur sexe et le nombre de fois qu’ils avaient pris l’avion. Pour étoffer un peu plus les résultats, il leur a également demandé de se noter eux-mêmes en ce qui concerne des traits de caractère comme l’impulsivité, la retenue ou l’égocentrisme.

Les hommes pires que les femmes?
Les résultats de l’étude suggèrent que plus un passager a l’habitude de prendre l’avion, moins son comportement à bord est grossier, explique le chercheur.

«Être un passager agréable dépend, en partie, du nombre de fois qu’on a pris l’avion. Il semble que cela s’apprend peu à peu», a-t-il déclaré.

Ces résultats vont aussi dans le sens d’études préalables qui ont montré que les hommes étaient en général plus enclins à adopter un comportement antisocial et risqué que les femmes.

De même, les données recueillies établissent un lien entre un comportement imprudent et un contrôle de soi et un égocentrisme marqués.

Cette étude a été publiée dans la revue «The Social Science Journal».

Aussi dans Vacances :

blog comments powered by Disqus