© Royal Caribbean Symphony of the Seas

De nouveaux détails ont été révélés au sujet du Symphony of the Seas, le 26e paquebot de croisière de la Royal Caribbean, qui sera aussi le plus imposant au monde.

Les personnes désireuses de participer à la croisière inaugurale de ce navire monumental capable d’accueillir 5494 passagers peuvent d’ores et déjà étudier les itinéraires européens et caribéens lancés à l’été 2018.

Cette semaine, la compagnie maritime a également entamé le chantier de son terminal floridien de 16.000m², le «Crown of Miami». Ses quais serviront de port d’attache au Symphony of the Seas ainsi qu’au Allure of the Seas.

Le projet devrait être achevé en octobre 2018 sur le terminal A du port de Miami et répondra aux certifications LEED. Il verra passer 1,8 million de passagers de la Royal Caribbean chaque année.

Simulateur de surf et patinoire
Le nouveau paquebot doit être livré en avril 2018, après quoi il lèvera l’ancre vers l’Europe, et en particulier les ports de Barcelone, de Palma de Majorque, de Provence, de Florence, de Rome et de Naples.

Le navire partira ensuite dès l’automne suivant pour des croisières d’une semaine dans les Caraïbes au départ de Miami.

Le Symphony of the Seas comprendra 28 cabines de luxe supplémentaires par rapport au Harmony of the Seas, qui est à l’heure actuelle le plus grand navire de croisière du monde.

Parmi les attractions disponibles à bord, on note quelques-unes des révolutions apportées par ces bateaux, notamment l’Ultimate Abyss, le plus grand toboggan «embarqué» du monde, haut de dix étages.

À noter également, le FlowRider, un simulateur de surf de 12 mètres de long, ou encore un mur d’escalade de 12 mètres et une patinoire.

Le navire abritera également une réplique de Central Park, dont les allées seront délimitées par 12 000 arbres et plantes.

Pour plus d’informations sur les itinéraires 2018-2019, qui seront ouverts à la réservation en mars, rendez-vous sur www.royalcaribbean.com/symphony-of-the-seas.

Aussi dans Vacances :

blog comments powered by Disqus