Jessica Dostie On trouve des sentiers de randonnée facilement accessibles en voiture à quelques minutes de Reykjavik.

On parle de l’Islande comme d’une destination à la mode. Pour découvrir ce petit pays de 330 000 habitants, on peut faire beaucoup de route – quelque 1300 km en suivant la Route circulaire –, peut-être un peu de camping et des randonnées pédestres. Réaliste avec de jeunes enfants? Peut-être pas.

Voici donc cinq bons plans à moins de trois heures de Reykjavik pour profiter des beautés de l’Islande en famille.

Louer un appartement (ou une petite maison) à Reykjavik

La capitale Reykjavik n’a certes rien à voir avec les autres métropoles européennes, mais c’est aussi ce qui fait son charme. On peut quand même y passer quelques jours sans s’ennuyer, non seulement en arpentant les charmantes petites rues du centre-ville, mais aussi en se baignant à Laugardalslaug (une des nombreuses piscines thermales publiques, équipée de plusieurs glissades) et en visitant le petit zoo de Reykjavik. En plus de certains animaux de ferme, on peut y voir des rennes, des renards arctiques et des phoques et faire quelques tours de carrousel. Sans blague, cette visite pourrait bien devenir le moment marquant du voyage aux yeux des petits!

Pour compléter l’expérience, on imite les Islandais et on fait les courses chez Bonus, la chaîne d’épicerie la moins chère de l’île.

Gravir une petite montagne

L’idéal, avec des enfants, c’est souvent de louer une voiture, question d’avoir la liberté d’aller et venir à sa guise (et de se synchroniser avec l’heure de la sieste, s’il y a lieu!). Le mont Ùlfarsfell est situé à moins de 15 minutes de Reykjavik, ce qui en fait une randonnée tout à fait accessible. Qui plus est, le dénivelé est peu important (315 m), et l’aller-retour est envisageable en moins de 2 heures. Au sommet, on a une vue imprenable sur la mer du Groenland et sur Reykjavik. Le magnifique tapis de lupins bleus d’Alaska qui longe le sentier en certains endroits offre aussi un spectacle d’une rare beauté, même si ce ne sont pas, à l’origine, des plantes indigènes d’Islande.

Quelques kilomètres plus loin se trouve le massif Esja. Objectif du jour : grimper jusqu’au rocher nommé Steinn. Une montée un peu ardue, mais néanmoins faisable en été avec de bonnes chaussures de marche.

Se baigner dans la nature à Reykjadalur

Une autre randonnée pas trop difficile pour les cinq ans et plus qui se boucle en une journée (les plus petits peuvent bien sûr aussi être de la partie, pourvu qu’on s’équipe d’un porte-bébé de randonnée)! À une quarantaine de minutes de route de Reykjavik, Reykjadalur, la «vallée des fumées», porte bien son nom. Caractérisée par une activité géothermique intense, cette région est de plus en plus renommée pour son ruisseau d’eau chaude, où il est possible de se baigner aux côtés de nombreux randonneurs, au terme d’une balade d’un peu plus de 3 km (7 km pour l’aller-retour). C’est là l’objectif de la promenade. Ça motive les troupes, qui seront par ailleurs fascinées par l’observation des trous de boue bouillonnante – qui dégagent une forte odeur de soufre, un peu comme les geysers et l’eau chaude du robinet – et les paysages incomparables qui se révèlent à chaque tournant.

Marcher entre mer et volcan

La région du Snaefellsnes, péninsule de l’ouest du pays située à trois heures de route de la capitale, est assez connue pour être le point de départ du roman Voyage au centre de la Terre de Jules Verne. Le sentier qui serpente le long des falaises entre Arnarstapi et Hellnar, au pied du volcan endormi Snaefellsjokull, est peut-être un peu moins célèbre, mais il vaut à lui seul le déplacement. D’abord, il s’agit d’une promenade de 6 km aller-retour très facile. Ensuite, les points de vue imprenables sur l’océan, les étranges formations de roches et de basalte, les innombrables mouettes tridactyles qui nichent le long du littoral et la montagne elle-même, couverte d’une petite calotte glaciaire, suffisent à émerveiller petits et grands. Enfin, la récompense ultime : se restaurer sur la terrasse du café du village d’Hellnar, Fjoruhusid, où, selon certains, est servie la meilleure soupe de poisson du pays (et aussi de délicieux desserts).

Ceux qui disposent de deux ou trois jours peuvent faire le tour de la péninsule jusqu’à Stykkisholmur, un village de pêcheurs qui est aussi le point de départ de croisières d’observation de la faune et de la flore nordiques.

Découvrir les principaux attraits

On ne peut pas vraiment aller en Islande sans parcourir le Cercle d’or, ce fameux circuit très touristique, mais riche (encore une fois) en paysages uniques. À découvrir: le parc national de Pingvellir, situé à la séparation des plaques tectoniques américaine et européenne et classé au patrimoine mondial de l’UNESCO; la chute de Gullfoss, une impressionnante cascade à deux étages (32 m et 70 m), et Geysir, où on peut observer l’activité d’un des geysers les plus puissants du monde, Strokkur, qui projette de l’eau bouillante à 20 m de haut.

Autre expérience inusitée quoique peut-être un peu, beaucoup commerciale : le Blue Lagoon, spa géothermal où on peut faire trempette dans une eau d’un invraisemblable bleu laiteux et s’enduire de boue de silice en compagnie des enfants de deux ans et plus. Les forfaits commencent à 40 euros par adulte (c’est gratuit pour les enfants de 14 ans et moins), et les réservations sont fortement conseillées, étant donné le fort achalandage.

Aussi dans Vacances :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!