Dormir dans une case de bande dessinée. Une idée loufoque, mais réaliste depuis l’ouverture d’un hôtel entièrement consacré au neuvième art, à Genève (Suisse). Zep, le papa de Titeuf, signe de son coup de crayon les chambres de tout un étage. Petit tour du propriétaire. 

Rendre réel l’univers fantasmé de la bande dessinée: les fans en rêvaient, Ibis Styles l’a fait. La chaîne hôtelière du groupe AccorHotels vient d’ouvrir le premier hôtel entièrement dédié au neuvième art. Si le coup de crayon belge est internationalement reconnu, cette actualité rappelle que la bande dessinée n’est pas née dans le plat pays, mais bien en Suisse, à Genève, où Rodolphe Töpffer a l’idée dans la première moitié du XIXe siècle d’articuler des images et du texte pour raconter une histoire. L’écrivain et pédagogue est considéré comme le tout premier auteur d’une bande dessinée. 

Les six artistes genevois sollicités par Ibis Styles lui rendent ainsi hommage dans le lobby de cet hôtel atypique, installé dans la banlieue de la cité lémanique, à Carouge. On y retrouve aussi des fresques de l’inventeur.

Il faut ensuite monter à l’étage pour s’engouffrer dans les univers des artistes contemporains qui ont travaillé sur le projet: Buche, Tom Tirabosco, Exem, Albertine, Zep et Frederik Peeters. Au total, 119 chambres prennent les traits d’une case de bande dessinée. Chaque artiste s’est occupé d’un niveau. A leur arrivée, les hôtes peuvent choisir la case BD dans laquelle ils souhaitent s’endormir (selon la disponibilité). Le prix d’une chambre démarre à partir de 130 francs suisses (environ 112 euros). 

Aussi dans Vacances :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!