Getty Images

Êtes-vous du genre à vous entraîner même en vacances? À vouloir faire du yoga sur la plage ou de la nage sportive en pleine mer dans un endroit paradisiaque? Vous n’êtes pas seuls. Entretien avec Annie Touchette, fondatrice de Skylar, une agence qui propose des voyages sur mesure dans les Caraïbes, en Grèce ou en Californie pour sportifs avertis.

Pourquoi avez-vous décidé de créer les voyages FitAway?

J’aime m’entraîner quand je voyage, et mon mari aussi. Quand nous voyageons, nous cherchons toujours des endroits [pour nous entraîner]. Dans les FitAway, ce que j’ai voulu faire, ce sont des voyages pour les couples qui veulent être actifs. Ça permet de faire découvrir des types d’entraînement à des gens dont le temps ou les intérêts d’entraînement sont limités. C’est sur qu’il y avait une demande, mais c’est basé sur mon expérience personnelle.

À qui s’adressent ces voyages?

C’est pour des gens qui aiment bouger, qui aiment vivre des expériences. Des voyages en bord de mer, il y en a plein, il y en a partout. Mais là, ce sont plutôt des voyages de luxe où on a un chef à la maison, où on a un entraîneur privé qui nous fait découvrir des trucs. Les gens sont de plus en plus actifs : quand ils voyagent, ils recherchent de nouvelles choses.

À quelle fréquence organisez-vous ces voyages?

Il y en a un qui vient d’être fait, il y en a un autre prévu en novembre prochain. Ce sont des groupes déjà formés, quatre couples. Je peux en faire autant que la demande le permet. Ça dépend aussi des périodes de l’année. La basse saison va d’avril à novembre.

Qu’est-ce qui est inclus?

Tout est inclus sauf l’alcool et les transports. Dans ce qui est inclus, il y a l’hébergement dans une villa, quatre membres du personnel, dont une chef, tous les repas et toutes les activités, dont deux à trois activités par jour.

Combien d’heures par jour sont allouées à l’activité physique lors de ces voyages?

Deux heures pleines, en plus de la randonnée, du tennis, de la course, de la nage sportive. Et ça, c’est toujours libre. S’il y a une personne qui ne veut que faire l’entraînement et pas le yoga, par exemple, elle n’est pas obligée. En fait, les gens ont surtout du temps libre. J’entends souvent les gens dire : «Ah ouais, mais on est un peu pris dans ce voyage-là, quand on est fatigué, qu’est-ce qu’on fait?» Il n’y a rien d’obligatoire. Il y a des blocs dans la journée, et d’habitude, c’est le matin qu’on s’entraîne. Après ça, le temps libre, c’est le restant de la journée. Puis, en fin de journée, on a le tennis avant le souper et de la randonnée.

Comment choisissez-vous les destinations?

C’est en fonction de la demande. J’étais allée en Grèce, à Naxos, et j’avais trouvé un endroit vraiment bien pour faire des retraites. Celui-là est en cours de préparation, il n’est pas encore monté, comme la Californie aussi. En ce moment, je suis à la recherche d’endroits et de groupes pour ces destinations. À l’heure actuelle, celle qui est active, c’est l’île Moustique. Les gens viennent à moi pour m’indiquer leurs dates. Moi, je fais les réservations et je monte le canevas du voyage en fonction de leurs demandes. L’idée, c’est d’ouvrir les horizons des gens.

Les gens sont de plus en plus actifs : quand ils voyagent, ils recherchent de nouvelles choses. Annie Touchette, fondatrice de Skylar

Aussi dans Vacances :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!