Louai Beshara / AFP Palmyre

Après avoir subi de graves destructions perpétrées par Daech, l’oasis culturel inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco dévoilera à nouveau ses trésors architecturaux gréco-romains grâce à un travail de numérisation, pour une exposition organisée à l’Institut du monde arabe, dès le 10 octobre. 

Située en Syrie, au nord-ouest de Damas, Palmyre fut l’un des plus importants foyers culturels du monde antique. Et ce fut une raison bien assez valable pour l’inscrire au patrimoine mondial de l’Unesco en 1980. Les ruines gréco-romaines ont malheureusement été en grande partie détruites depuis. Mais, l’Institut du monde arabe promet de faire revivre la légende orientale grâce à la numérisation et à des expériences de réalité virtuelle, qui emmèneront les visiteurs se balader dans cet oasis du désert de Syrie. 

L’Institut du monde arabe s’est associé à Ubisoft, le célèbre éditeur de jeux vidéo et la start-up Iconem, spécialisée dans la numérisation du patrimoine, pour reconstituer virtuellement en trois dimensions les contours du site archéologique. Le musée promet que les visiteurs auront l’impression d’être réellement à Palmyre, grâce à un casque dédié. La visite immersive sera complétée par des projections géantes, notamment pour présenter l’état actuel des vestiges.

Mais, Palmyre ne constituera pas le seul site de l’exposition. Les voyageurs visiteront aussi la ville d’Alep, pour découvrir son riche patrimoine culturel. Ils se baladeront aussi dans les rues de la vieille ville de Mossoul, en Irak, ainsi qu’à Leptis Magna, en Libye. Classé au patrimoine mondial de l’Unesco, l’ancienne cité romaine est la seule à ne pas avoir subi de destructions. 

L’exposition intitulée Cités millénaires. Voyage virtuel de Palmyre à Mossoul se déroulera du 10 octobre au 10 février 2019.

Aussi dans Vacances :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!