Archives Métro Turnagain Arm, un bras de mer qui prend sa source dans le Cook Inlet, une baie de l'Alaska sur laquelle s'ouvre Anchorage.

Anchorage, métropole de l’Alaska et capitale économique et culturelle de l’État, héberge 40% des Alaskains, soit quelque 280 000 personnes. La superficie de la ville, qui dépasse les 5 000 km2, égale à peu près celle de l’État du Delaware! Contrairement à la majorité des grandes villes de l’Alaska, Anchorage n’a pas été fondée en raison de la présence d’un filon d’or, d’un autre minerai ou d’une pêche abondante.

Les débuts
Le développement de la plus grande ville de l’État a débuté lorsqu’en 1914, son site a été choisi par l’Alaska Railroad Company comme principal port d’accès (d’où le nom de la ville, qui signifie «zone d’ancrage») pour entreposer les matériaux nécessaires à la construction des chemins de fer de tout l’Alaska. L’économie de la ville a d’ailleurs été centrée sur le transport pendant plusieurs décennies, avant que les militaires et l’aviation ne viennent mettre la main à la pâte.

Une ville militaire

En raison de la proximité de la Russie, Anchorage représente un point stratégique pour l’armée américaine. Pas moins de 8 500 militaires travaillent sur les deux bases aériennes de la ville, auxquelles s’ajoute la réserve militaire de Fort Richardson. Les militaires et leurs familles comptent pour près de 10 % de la population d’Anchorage. Les bases militaires ont joué un rôle primordial durant la guerre froide et, depuis les attentats du 11 septembre 2001, elles se retrouvent au cœur de la défense américaine du Pacifique.

Un tremblement de terre destructeur
Comme plusieurs villes de la région, Anchorage a été presque entièrement détruite par le Good Friday Earthquake, qui eut lieu le jour du Vendredi saint en 1964. Sa reconstruction fut au centre des préoccupations des habitants durant près de deux décennies suivant la tragédie meurtrière. Au milieu des années 1970, la construction du Trans-Alaska Pipeline a donné à la ville un essor économique qui a permis l’aménagement des plus beaux quartiers d’Anchorage. Comme la ville est relativement jeune et qu’elle a déjà dû être reconstruite une fois, les édifices historiques y sont plutôt rares.

Porte d’entrée de l’Alaska
Aujourd’hui en plein essor, Anchorage est la porte d’entrée de l’Alaska pour les touristes qui arrivent par avion. La métropole est desservie par des routes qui mènent, entre autres, aux sites naturels qui comptent parmi les plus majestueux de l’État : la péninsule de Kenai et le Denali National Park and Preserve.

Chugach State Park
Les Chugach Mountains, cette chaîne de montagnes qui s’étire à l’est d’Anchorage, renferme des merveilles de la nature alaskaine à quelques pas de la grande ville. Les quelque 2 000 km2 du Chugach State Park permettent aux visiteurs de parcourir des centaines de kilomètres de sentiers le long des champs de glace, des glaciers, des montagnes vertigineuses et des lacs. Plusieurs sentiers qui mènent directement à l’intérieur du parc sont accessibles par la Seward Highway, mais on rejoint l’Eagle River Nature Center, qui fournit des cartes et de l’information sur le parc, à partir de la Glenn Highway. Plusieurs randonnées faciles sont offertes à cet endroit ponctué de belvédères.

Turnagain Arm
Turnagain Arm est un bras de mer qui prend sa source dans la Cook Inlet, cette baie allongée du golfe de l’Alaska sur laquelle s’ouvre la ville d’Anchorage. Il sépare le Chugach State Park, à l’est d’Anchorage, de la péninsule de Kenai, au sud. La Seward Highway, qui suit la rive nord du Turnagain Arm, fait partie des plus belles voies carrossables des États-Unis. Le trajet de 45 minutes, qui sépare Anchorage de Girdwood, s’étire souvent sur une demi-journée, les automobilistes s’arrêtant plusieurs fois en chemin.

À voir et à faire

  • L’Alaska Native Heritage Center
    Le plus beau et le plus grand centre d’interprétation sur les nations autochtones de l’Alaska se trouve à Anchorage. Il a été mis sur pied par les 11 nations qui furent les premiers habitants de l’État. Des membres des différents clans assurent l’animation tous les jours.


  • L’Anchorage Market and Festival
    Installé en plein cœur du centre-ville tous les samedis et dimanches, du début de mai au début de septembre, il abrite des centaines de comptoirs d’artisanat et d’alimentation permettent aux visiteurs de découvrir la culture alaskaine. Des danseurs, des musiciens, des conteurs et des jongleurs se promènent aussi dans ce dédale de petits kiosques. C’est l’occasion idéale pour goûter aux mets les plus typiques de l’Alaska, comme le saumon et le caribou.

  • Alaska Zoo
    L’Alaska Zoo attire annuellement plus de 200 000 visiteurs et héberge des centaines d’oiseaux et de mammifères.


  • En pleine nature
    Pas moins de 223 parcs reliés par 400 km de sentiers couvrent la majeure partie de la ville. Les visiteurs ont intérêt à s’y dégourdir les jambes, car non seulement l’accès à ces espaces verts est gratuit, mais ils servent aussi de refuge et de garde-manger à plusieurs espèces d’oiseaux et de mammifères qu’on ne penserait jamais croiser en pleine ville. La ville d’Anchorage accueille 250 orignaux ce nombre grimpe à 1 000 en hiver en plus de plusieurs ours noirs et grizzlys dont les déplacements sont contrôlés par les rangers.

Aussi dans Vacances :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!