La Tour Eiffel a de nouveau fermé ses portes au public mardi en raison de problèmes d’organisation dans le dispositif de sécurité, a indiqué la société d’exploitation (SETE) du monument parisien, dont les salariés ont pointé «de grosses failles de sécurité» au niveau du parvis.

Tour Eiffel fermée attentats Paris

«Malgré l’important dispositif de sécurité mis en œuvre grâce aux renforts apportés par la préfecture de police et Vigipirate, ainsi qu’aux moyens de sécurité internes, des adaptations en termes d’organisation de l’accueil du public restent à mettre en place», a expliqué la SETE.

Cette décision est intervenue après une demande des salariés, qui n’étaient «pas d’accord pour ouvrir ce matin» parce qu’ils souhaitaient «une sécurisation du parvis» (sous la Tour Eiffel), a expliqué un salarié à l’AFP, mais il ne s’agit «pas d’un droit de retrait».

L’idée, c’est d’«avoir un pré-filtrage (des visiteurs) avant qu’ils accèdent au parvis», au moyen de barrières «hautes de 1,90 m qui cercleraient le parvis avec deux ou trois points d’accès» où des fouilles pourraient être faites.

Quand la Tour a rouvert lundi, un pilier avait été «cerclé avec ce genre de barrière» mais cela n’a pas été jugé suffisant par les salariés, a-t-il poursuivi, évoquant de «grosses failles de sécurité».

Une réunion est en cours à ce sujet entre la direction et les élus du personnel, tandis que de premières barrières sont en train d’être installées, a ajouté ce salarié.

La Tour Eiffel avait rouvert lundi à 16h20 après une première fermeture consécutive aux attentats survenus vendredi soir dans la capitale, qui ont fait au moins 129 morts et 352 blessés.

Aussi dans Vacances :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!