Barrett & MacKay Photo/Newfoundland and Labrador Tourism Le phare du cap Bonavista

Façonnées par les embruns de l’océan et la dureté du climat, les côtes de Terre-Neuve-et-Labrador se laissent volontiers apprivoiser en été, lorsque les baleines, les oiseaux marins et les icebergs peuplent les eaux littorales. Voici cinq endroits d’où observer la dérive des icebergs.

Depuis le navire-cargo de passagers reliant les villages du Nunatsiavut, au Labrador

Un passage obligé pour les icebergs qui dérivent depuis le Groenland
Le Nunatsiavut est le nom donné au territoire inuit de la côte du Labrador, au nord de Cartwright. Comme il est encore inaccessible par la route, on ne peut s’y rendre qu’en avion ou à bord du navire-cargo de passagers MV Northern Ranger, qui offre le service de cabotage de Happy Valley-Goose Bay jusqu’à Hopedale, puis vers Nain.
La croisière permet d’admirer les paysages inusités de la côte du Labrador et de partir à la rencontre des communautés inuites. Le bateau se rend chaque semaine dans six villages côtiers (Rigolet, Makkovik, Postville, Hopedale, Natuashish et Nain) afin d’assurer
le transport des gens et le ravitaillement.

St. Anthony, qui permet l’observation des icebergs jusque tard dans la saison

(Parfois jusqu’en août!)
En bordure d’un port intérieur, St. Anthony abrite la plus importante communauté du nord de la Grande Péninsule du Nord (Great Northern Peninsula). Depuis 1922, la ville est le siège social de la Grenfell Mission, mise sur pied afin d’offrir des soins médicaux aux populations isolées du nord de Terre-Neuve et du Labrador. La mission a été fondée par le docteur Wilfred Grenfell (1865-1940), qui, à partir de 1894, a développé le premier véritable réseau d’hôpitaux, d’infirmeries et d’orphelinats de la région.

Twillingate, la capitale mondiale des icebergs

VACANCES Cape Bonavista Lighthouse and Fence crédit Barrett and MacKay Photo NLTouristwim

VACANCES Twillingate Central Newfoundland and Labrador Tourism

Et ses anses environnantes où viennent s’échouer quelques dizaines de géants de glace entre les mois d’avril et de juillet
Située sur South Twillingate Island, dans un archipel de la baie Notre-Dame, la ville de Twillingate est pleine de charme, surtout pendant la saison estivale. Elle vit aujourd’hui essentiellement du tourisme, à cause du déclin de la pêche. «Capitale mondiale des icebergs», elle est idéalement placée sur l’Iceberg Alley et la route de migration des baleines, qu’on peut observer au cours d’une randonnée ou d’une excursion en mer.

Le phare de Bonavista, situé à la pointe de la péninsule du même nom

Au large, l’Iceberg Alley
Le village de Bonavista constitue la plus importante communauté de la péninsule du même nom. Ses jolies résidences, de couleurs vives, s’entourent de paysages vallonnés qui bordent un port très actif. Le phare du cap Bonavista, restauré et meublé comme dans les années 1870, présente une exposition sur l’histoire des phares et sur la vie quotidienne de leurs gardiens. Le point de vue sur l’océan et les côtes rocheuses est magnifique, et il est même possible d’apercevoir des baleines et des icebergs en saison.

Signal Hill et sa vue panoramique sur la côte est de la péninsule d’Avalon

L’endroit où les icebergs terminent souvent leur périple
Le site de Signal Hill est juché sur la colline du même nom, elle-même dominée par la tour Cabot, qui surplombe la rade. Utilisé au XVIIIe siècle pour signaler, à l’aide de drapeaux, l’arrivée des navires aux autorités militaires et aux marchands de Saint-Jean, il a ensuite été le siège des défenses de la ville jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. L’endroit a également été le théâtre, en 1762, de la dernière bataille de la guerre de Sept Ans en Amérique du Nord.

Texte tiré du guide
Ulysse Explorez Terre-Neuve et Saint-Pierre-et-Miquelon
Par Frédérique Sauvée
Disponible au www.guidesulysse.com en version papier et en version numérique

Aussi dans Vacances :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!