Andréanne Chevalier/Métro Arrivée du train de Charlevoix à la gare de Baie-Saint-Paul.

Métro est allé de Montréal à Baie-Saint-Paul dans la magnifique région de Charlevoix sans voiture. Une escapade en train, à pied et à vélo fort agréable et somme toute facile! Détails sur cette aventure gourmande et active en mode écolo.

Comment?
Par la voie des rails (c’est plus beau et écolo)
Deux services ferroviaires différents mais complémentaires nous ont permis d’atteindre Baie-Saint-Paul, au cœur de Charlevoix, sans voiture personnelle.

C’est Via Rail qui a assuré la première partie de notre trajet, entre Montréal et Québec (gare du Palais). Ce parcours en train d’une durée d’environ trois heures permet de travailler confortablement, de lire, de discuter avec ses compagnons de voyage, de s’éviter beaucoup de stress… et de réduire ses émissions de carbone. Selon le site web de Via Rail, le trajet Montréal-Québec par train produit des émissions de 11,13 kg de CO2 par passager, alors que les émissions en voiture sont de 15,63 kg.

Quant à lui, le service ferroviaire entre Québec (gare de la Chute-Montmorency) et Baie-Saint-Paul est assuré par le train de Charlevoix. Cette ligne de chemin de fer dessert en tout six gares, trois fois par jour, de la chute Montmorency à La Malbaie, pour un parcours total de 125 km. Sa vitesse n’est pas très élevée : le trajet entre la chute Montmorency et Baie-Saint-Paul dure 2 h 15. Mais qui est pressé quand on peut admirer le fleuve de si près?

Il faut dire que les premiers kilomètres après le départ ne sont pas les plus bucoliques. Cependant, une fois atteint le cap Tourmente, un peu après Sainte-Anne-de-Beaupré, le fleuve se livre très généreusement aux passagers. Jusqu’à La Malbaie (située après Baie-Saint-Paul, notre destination), les rails lui touchent presque. C’est une rare occasion d’être si près du Saint-Laurent. En ce sens, le léger supplément pour réserver une place avec vue sur le fleuve vaut le coup, du moins dans une direction.

À Baie-Saint-Paul, à vélo ou à pied
On pose le pied à Baie-Saint-Paul tout juste à côté de l’hôtel Le Germain, un établissement où nous pourrons louer un vélo BaieCycle qui nous accompagnera pendant notre séjour. BaieCycle est un service de location communautaire de bicyclettes remises en état: pas neuves, donc, mais tout à fait fonctionnelles. On peut en louer une à prix fort raisonnable (20 $ pour une journée, 30 $ pour deux jours et demi, 75 $ pour une semaine; les tarifs comprennent le cadenas) chez un des six partenaires du programme, et hop, on part!

À noter que tous les endroits visités par Métro pendant ces quelques jours sont accessibles à pied en moins de 30 minutes.

Les défis

Voyager sans voiture personnelle dans les régions du Québec comporte quelques défis. Dans ce cas-ci, le défi principal est le lien difficile entre la gare du Palais au centre de Québec, où nous mène le train de Via Rail, et la gare du train de Charlevoix, située au parc de la Chute-Montmorency, à une dizaine de kilomètres.

Nous avons pris le taxi à l’aller. C’est rapide et efficace. En environ 12 minutes, nous étions rendus. C’est aussi l’option la plus coûteuse (28 $).

Au retour, nous avons utilisé le système de transport collectif de la Ville de Québec, le RTC. L’autobus 800 circule à proximité du parc de la Chute-Montmorency. Cependant – et c’est un inconvénient majeur –, entre la gare du train de Charlevoix et le terminus d’autobus, près des rues Royale et des Rapides, se trouve… la falaise de la chute Montmorency! Résultat : si on veut prendre l’autobus entre Québec et la gare du train de Charlevoix, il faut soit emprunter les escaliers de la falaise (peu pratique avec des bagages…), soit prendre le téléphérique. Le téléphérique de la SEPAQ (13,75 $ pour un aller simple par adulte) relie le haut et le bas de la falaise en cinq minutes. Une marche de quelques minutes est nécessaire pour rejoindre le terminus. Durée totale du transport (autobus et téléphérique) : environ une heure.

Ces lacunes en matière de desserte en transport collectif sont bien connues de Jennie Barrette, directrice marketing et communications du Train de Charlevoix, qui dit croire beaucoup au tourisme écoresponsable. Elle affirme que des discussions ont été entamées avec la Ville de Québec et le RTC pour offrir un jour un service de transports en commun jusqu’à la base de la chute. «On commence à parler, à avoir des rencontres pour parler du problème.» Il est cependant trop tôt pour avancer plus de détails.

***

Adresses

Quoi faire à Baie-Saint-Paul?

La rue Saint-Jean-Baptiste à Baie-Saint-Paul Andréanne Chevalier/Métr0

La construction écologique démystifiée
Habitat 07 est une maison écologique située près du quai de Baie-Saint-Paul. Construite en 2007 dans le cadre de l’émission de télévision Habitat 07 – Les compagnons du rebut global, elle sert aujourd’hui à sensibiliser le public à l’écoconstruction. Ç’a été un coup de cœur de découvrir cette habitation construite avec 70 % de matières recyclées. Par exemple, son plancher est isolé avec de la laine de mouton trouvée à une distance de 10 km. Les visites guidées, d’une durée d’environ 20 minutes, sont inspirantes pour quiconque est sensible à la construction écologique.
À noter que c’est la Coop de l’Arbre (qui s’occupe aussi des BaieCycle) qui donne vie au volet éducatif d’Habitat 07.
212, rue Sainte-Anne
www.habitat07.org

La rivière du Gouffre en kayak
Qu’il fasse beau ou moins beau, une balade en kayak est un must pour les amateurs de plein air. L’entreprise Katabatik offre différentes excursions, dont la descente de 12 km de la rivière du Gouffre. Il s’agit d’un parcours autonome familial ou pour débutants le long duquel on descend vers le fleuve en deux à trois heures. De petites eaux vives viennent parfois chatouiller notre embarcation mais, en gros, le parcours est tranquille et sans difficulté.
210, rue Sainte-Anne
katabatik.ca

Un saut dans l’art contemporain
L’art est inscrit dans l’ADN de Baie-Saint-Paul depuis des décennies. Le Musée d’art contemporain de Baie-Saint-Paul présente ces jours-ci deux expositions temporaires dignes d’intérêt. La première, Oser voir autrement – Les grands collectionneurs III, met en lumière une cinquantaine d’œuvres des plus grands artistes québécois, toutes puisées chez des collectionneurs privés. La seconde exposition, Fenosa et Picasso, une amitié, fait voyager pour la première fois en Amérique du Nord les œuvres du sculpteur catalan Apelles Fenosa.
23, rue Ambroise-Fafard
www.macbsp.com

Où manger?
Ambiance amicale, terrasse, bonnes bières, plats typiques de style pub avec une touche locale: le Saint-Pub de la MicroBrasserie Charlevoix a la recette parfaite pour passer un bon moment. Ceux qui veulent goûter à un assortiment de bières de l’endroit choisiront les galopins, qui sont de petits formats. On a beaucoup aimé la Saint-Cassis, rafraîchissante et pas trop sucrée, tout indiquée pour l’été.
2, rue Racine
www.saint-pub.com

Le Pierre Narcisse propose un menu varié composé de grillades, burgers, pâtes et pizza ainsi que de moules et de fondues. L’ambiance est relax mais pas relâchée. Les profiteroles au chocolat sont un délice!
41, rue Ambroise-Fafard
www.aupierrenarcisse.com

Pour un souper bistro de qualité dans une atmosphère chaleureuse, Le Mouton Noir est tout recommandé. Sur la carte, le boudin noir et blanc côtoie la cocotte d’épaule de porc bio de Charlevoix et le magret de canard de la Ferme basque (située à quelques kilomètres, à Saint-Urbain). Aussi à souligner : le service professionnel et sympa ainsi que la grande et jolie terrasse sur le bord de la rivière du Gouffre. Il y a même un terrain de pétanque!
43, rue Sainte-Anne
www.moutonnoirresto.com

C’est simple : tout, chez Bouquet Éco-bistro, a l’air délicieux. Et la plupart des plats font honneur aux producteurs locaux : carré de chevreau de la ferme Caprivoix, raviolis au homard servis avec des champignons cueillis localement, viande vieillie de la ferme L’Oiseau bleu, etc. Notre choix, difficile, s’est porté sur le carpaccio d’émeu du Centre de l’émeu de Charlevoix en entrée et sur le tartare aux deux saumons du fumoir Saint-Antoine, délicat et très bien équilibré avec le litchi et la mangue.
39, rue Saint-Jean-Baptiste
www.lamuse.com

Où dormir?

Baie Saint Paul Andréanne Chevalier/Métro

L’hôtel Le Germain a tout pour lui : un site absolument magnifique, des bâtiments chics et modernes, des chambres luxueuses, un spa nordique où on se prélasserait pendant des heures, un personnel très attentionné et d’une courtoisie épatante ainsi que des animaux à qui on peut aller dire bonjour!
50, rue de la Ferme
www.legermainhotels.com/fr/charlevoix

L’auberge La Grande Maison, c’est une confortable demeure victorienne de 24 chambres du début du 20e siècle qui possède un charme champêtre. L’établissement, à l’image de son copropriétaire, Pierre, avec qui nous avons échangé, est fort sympathique. Les visiteurs pourront apprécier son spa intérieur, où on peut se détendre tout en prenant un verre.
160, rue Saint-Jean-Baptiste
www.grandemaison.com

Notre journaliste était l’invitée de Tourisme Charlevoix. Merci aussi à Via Rail pour le trajet Montréal-Québec.

Aussi dans Vacances :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!