Gracieuseté L'athlète devra se préparer à jouer dans des conditions auxquelles il n'est pas habitué, comme courir dans un sable très mou.

L’athlète Granbyen Jocelyn Roy a été sélectionné pour représenter le Canada lors de la Coupe du Monde de footvolley à Rio.

Le tournoi aura lieu dans le cadre des sports de démonstration des Jeux olympiques du 24 au 28 août.

Jocelyn Roy ainsi que son coéquipier, Tony Menez, feront de leur mieux afin de décrocher le meilleur score possible. «J’ai moins d’expérience que les autres joueurs que je vais affronter. La plupart d’entre eux ne font que cela comme carrière. Mon partenaire est fort alors je dois m’élever au même niveau que lui», explique Jocelyn Roy, qui ne s’attend pas à remporter la médaille d’or.

Ce dernier ne prend pas ce tournoi à la légère pour autant. En effet, il s’entraîne intensivement depuis maintenant deux semaines. «On est une dizaine d’équipes qui sont moins expérimentées. Si je joue contre celles-ci, je m’attends à ce qu’on gagne quelques matchs», explique-t-il. Au total, 23 pays seront représentés lors des démonstrations des Jeux olympiques.

Le footvolley est un sport de filet, qui se pratique sur le même terrain que le volley-ball de plage et qui emprunte les mêmes règles. Cependant, une chose diffère: les joueurs ne peuvent utiliser ni leurs mains ni leurs bras. Les passes se font principalement avec la tête, la poitrine, les pieds et les cuisses. «C’est vraiment spectaculaire. On fait parfois des gestes acrobatiques», précise Jocelyn Roy.

L’athlète anticipe particulièrement l’adaptation qui découlera de cette expérience à Rio. Il y sera quelques jours seulement avant la compétition. En fait, lui et son partenaire Tony Menez n’ont pas eu beaucoup d’occasions de se passer la balle, puisque Menez n’habite pas au Canada. Jocelyn Roy affirme qu’ils ont discuté de stratégies ensemble, mais il précise qu’il ne peut pas savoir si la chimie entre lui et son partenaire sera bonne ou non une fois sur le terrain. L’athlète a cependant confiance parce que les choses se sont bien déroulées lorsqu’il a joué avec Menez dans le passé.

Honneur
Jocelyn Roy est honoré d’avoir été choisi comme partenaire de Tony Menez. M. Roy a une longue carrière sportive, mais il admet être surpris à chaque fois qu’on l’appelle pour lui annoncer qu’il participera à de tels événements. «Avec l’âge, j’ai toujours une crainte que ce soit ma dernière chance», confie-t-il.

À 43 ans, Roy se considère encore assez en forme pour pratiquer le footvolley encore quelques années. «La condition physique nécessaire n’est pas la même que pour un sport plus traditionnel. C’est surtout la technique qui est importante, et pour ma part, elle est meilleure que lorsque j’ai commencé il y a 20 ans.»

La plus grande aspiration de l’athlète est de voir le footvolley devenir un sport officiel des Jeux olympiques. Il espère que ce sera dès les prochains jeux d’été en 2020, car il pense être encore assez doué pour être retenu comme joueur potentiel.

Jocelyn Roy admet cependant être déjà satisfait d’où il est rendu aujourd’hui. «Les Jeux olympiques, c’est comme l’apogée d’une carrière. Même si c’est en sport de démonstration, je fais partie du programme complet. C’est un autre niveau», conclut-il.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!