Seth Wenig / The Associated Press David Lemieux.

MONTRÉAL — Même si David Lemieux a été ralenti par une blessure à un ménisque lors d’un entraînement, le boxeur montréalais refuse de qualifier son combat contre l’Argentin Cristian Fabian Rios, le 22 octobre au Centre Bell, de combat de remise en forme.

Cependant, Lemieux et le président d’Eye of the Tiger Management, Camille Estephan, ont quand même admis qu’il s’agissait d’un combat de préparation en vue d’un «combat majeur» en décembre.

«On a choisi un gaucher, spécialement pour le cheminement recherché vers une ceinture, a déclaré Estephan lors d’une conférence de presse confirmant le duel contre Rios, mardi. Je pense qu’il n’est pas difficile de comprendre qu’on a en tête un certain Anglais gaucher pour le prochain combat.»

Cet Anglais gaucher est le champion WBO des poids moyens, Billy Joe Saunders. Et à entendre parler le clan Lemieux, tout semble déjà en place pour un combat de championnat du monde entre les deux hommes avant la fin de l’année.

Mais d’ici là, Lemieux devra éviter le piège Rios.

Rios (21-7-3, 6 K.-O.) n’est pas classé dans les grandes associations mondiales. Il devrait toutefois bien tester Lemieux (35-3, 32 K.-O.) puisqu’il n’a jamais perdu avant la limite au cours de sa carrière.

«Je veux mes ceintures, mais je dois d’abord me concentrer sur Rios, a déclaré Lemieux. Il est très solide. Il a un résultat intéressant avec un nul contre (Jorge Sebastian) Heiland (en mars 2012).» Heiland est présentement champion WBC International.

«Je veux donner le meilleur de moi-même, le meilleur spectacle pour les fans», a-t-il ajouté.

Estephan a profité de la conférence de presse pour clarifier la situation par rapport au réseau HBO. Certains médias avaient rapporté que les plans pour un combat entre Lemieux et l’Américain Curtis Stevens en septembre avaient été déraillés par des restrictions budgétaires du côté du réseau américain. Estephan a plutôt mentionné que c’est la blessure de Lemieux qui a forcé le groupe à trouver un plan B.

Le promoteur a aussi profité de sa tribune pour rabrouer ceux qui seront déçus de ne pas voir Lemieux monter dans le ring contre un rival plus prestigieux.

«Ça ne peut pas être toujours contre ‘Canelo’ Alvarez, Gennady Golovkin ou Curtis Stevens, a-t-il déclaré. J’aime beaucoup le tennis, et même si chaque match de Roger Federer n’est pas la finale de Wimbledon, on veut quand même le voir, regarder ce beau talent s’exprimer.

«Dans le monde de la boxe, ce n’est pas toujours des mégacombats. Mike Tyson a fait un seul combat contre Lennox Lewis. Il s’est battu deux fois contre (Evander) Holyfield, mais ce n’était pas toujours des mégacombats. Et on voulait quand même le voir en raison de son style, de ce qu’il amène dans un ring de boxe. Avec Lemieux, c’est la même chose. Il est un peu plus beau et il est un gars dont le style est adulé par les fans partout dans le monde.»

Le combat entre Lemieux et Rios sera disputé à 164 livres et celui de décembre serait à 160 livres, la limite pour un combat de championnat des poids moyens.

Le dernier combat de Lemieux remonte au 7 mai dernier, quand il a achevé Glen Tapia au quatrième round. Tapia n’avait jamais visité le plancher au cours de sa carrière.

Il s’agissait alors d’un premier combat pour le boxeur de 27 ans depuis que son ascension avait déraillé à la suite d’une défaite contre le redoutable Golovkin, en octobre 2015, et d’un impair dans sa préparation pour un combat contre James De La Rosa en mars, quand il avait été incapable de respecter le poids imposé de 163 livres.

En demi-finale du gala du 22 octobre, le Montréalais Steven Butler (17-0-1, 14 K.-O.) affrontera l’Albertain Janks Trotter (10-3-1, 10 K.-O.) et tentera de mettre la main sur le titre nord-américain de l’IBF.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!