MONTRÉAL — L’Agence mondiale antidopage a affirmé tard mercredi qu’un groupe de pirates informatiques russes connu sous le nom de «Fancy Bears» avait de nouveau accédé à sa base de données et publié des informations médicales confidentielles concernant des athlètes.

L’AMA a mentionné que l’attaque était semblable à celle de mardi et que le groupe avait dévoilé des informations confidentielles à propos de 25 athlètes provenant de huit pays.

Dix d’entre eux viendraient des États-Unis, cinq de l’Allemagne, cinq de la Grande-Bretagne et un de la République tchèque, du Danemark, de la Pologne, de la Roumanie et de la Russie. Les athlètes n’ont toutefois pas été identifiés.

Les dossiers médicaux confidentiels de quelques athlètes américaines ayant participé aux Jeux olympiques de Rio de Janeiro, dont ceux de la gymnaste Simone Biles et de la joueuse de tennis Venus Williams, avaient été rendus publics, mardi.

Les pirates avaient dévoilé des informations sur «des dérogations à des fins thérapeutiques», qui permettent aux athlètes d’utiliser des substances prohibées à la condition d’avoir une justification médicale.

L’AMA a laissé savoir mercredi que ce groupe de pirates informatiques avait encore accédé illégalement aux dossiers médicaux de quelques athlètes. Ces attaques auraient touché 29 d’entre eux jusqu’à maintenant.

«Nous regrettons que des criminels eussent tenté de salir vos réputations de cette façon et je vous assure que nous recevons l’aide et les conseils des plus hautes instances juridiques et des agences de sécurité informatique», a soutenu par voie de communiqué Olivier Niggli, directeur général de l’AMA.

Le mois dernier, des pirates avaient obtenu le mot de passe de la base de données de l’athlète russe Yuliya Stepanova, une dénonciatrice et une témoin importante dans les enquêtes de l’AMA. Elle et son époux, un ancien employé de l’Agence antidopage russe, vivent maintenant dans une municipalité non dévoilée en Amérique du Nord.

«Le Comité international olympique est en mesure de confirmer que les athlètes dont le nom a été mentionné n’ont pas transgressé les règles de l’AMA pendant les Jeux olympiques de Rio», a indiqué le CIO.

Le nom «Fancy Bears» semble une référence taquine à propos de pirates informatiques longuement associés à la Russie par plusieurs chercheurs en sécurité.

Dans une déclaration sur son site Internet, mardi, le groupe avait proclamé son allégeance à Anonymous, un collectif de pirates informatiques, et il avait dit qu’il avait piraté l’AMA afin de montrer au monde entier «comment les médailles olympiques sont remportées».

«Nous allons commencer par l’équipe américaine, qui a sali son nom en raison de victoires teintées de mensonges», a fait savoir le groupe, ajoutant que d’autres révélations à propos d’autres équipes pourraient voir le jour.

Aussi dans Sports :

blog comments powered by Disqus