MONTRÉAL — Une salle comble est attendue au stade Saputo samedi et l’entraîneur Mauro Biello veut montrer aux 20 801 spectateurs que l’Impact de Montréal est toujours une puissance devant ses partisans.

Ça n’a pas été le cas pendant les dernières semaines, alors que l’Impact a un dossier de 0-2-1 à ses trois dernières sorties sur sa pelouse. Cette séquence inclut une gênante défaite de 4-1 contre l’Orlando City SC à son dernier match à domicile, le 27 août dernier.

L’Impact (9-8-11) occupe le cinquième rang au classement de l’Association Est et tentera de se distancer du Revolution de la Nouvelle-Angleterre (8-12-9), samedi. Le Revolution se retrouve du mauvais côté de la ligne rouge en septième position, à cinq points de l’Impact.

«Nous voulons nous racheter à domicile, retrouver notre rythme, notre confiance, et rendre les choses difficiles pour nos adversaires, a déclaré Biello, vendredi. Nous voulons rétablir notre dominance devant nos partisans.»

Certains facteurs donnent l’avantage à l’Impact à l’approche de son rendez-vous, alors qu’il a un dossier de 3-0-2 à ses cinq derniers matchs face au Revolution. Le Revolution en sera aussi à son troisième match en huit jours, après une victoire de 3-1 à domicile samedi dernier et un revers de 4-2 contre le FC Dallas en finale de la Coupe des États-Unis, mardi.

Et l’Impact pourra se nourrir d’une victoire de 3-2 face aux Revs en juillet. Kei Kamara avait alors donné les devants 2-0 au Revolution lors des 33 premières minutes de jeu, mais l’Impact était venu de l’arrière grâce à un doublé de Michael Salazar et un but d’Ignacio Piatti sur penalty.

Les récents problèmes de l’Impact sont en partie liés à une offensive qui a marqué seulement sept buts lors des huit dernières rencontres. La dernière fois que l’Impact a inscrit plus d’un but dans un match remonte au 23 juillet, lors d’une victoire de 5-1 contre l’Union de Philadelphie.

Biello croit que son offensive est due pour exploser.

«Je pense que nous manquons un peu de chance, a-t-il dit. Même contre Orlando, nous aurions pu marquer cinq buts.

«Nous avons été capables de marquer tout au long de la saison. Nous connaissons une baisse de régime, mais tant que nous créons des occasions, notre chance va finir par tourner et nous allons retrouver confiance.»

L’Impact a signé un verdict nul de 1-1 contre l’Union à sa dernière sortie grâce à un filet de Matteo Mancosu à la 88e minute et la troupe de Biello a un dossier de 1-3-2 à ses six derniers matchs. Ce passage à vide a réduit les chances de l’Impact de terminer au sein du top-2 dans l’Est, mais l’équipe demeure en bonne position pour se qualifier pour les éliminatoires avec six matchs à disputer cette saison.

Samedi, le gardien Evan Bush sera de retour après avoir purgé une suspension d’un match et Biello comptera sur une formation presque complète pour composer son onze partant.

«Nous comptons sur beaucoup de joueurs en santé qui pensent tous mériter du temps de jeu, a déclaré le milieu de terrain Harry Shipp, qui est un de ces joueurs de retour d’une blessure. Chaque semaine, nous luttons à l’entraînement pour une occasion de jouer.

«Je pense que vous visez une certaine constance au sein de la formation partante. Ça aide. Mais c’est difficile de le faire avec nos résultats récents. Nous n’avons pas enchaîné suffisamment de bonnes performances pour envoyer toujours les mêmes joueurs.»

Aussi dans Sports :

blog comments powered by Disqus