Gene J. Puskar Gene J. Puskar / The Associated Press

TORONTO — Le spectacle le plus rapide sur glace est devenu la plus grande attraction de la Coupe du monde de hockey.

Équipe Amérique du Nord est composée des meilleurs hockeyeurs canadiens et américains âgés de 23 ans et moins, et présente une combinaison de rapidité et d’habileté qui fascine même les gens de hockey les plus aguerris et expérimentés. Bill Daly, commissaire adjoint de la Ligue nationale, a affirmé qu’Équipe Amérique du Nord avait captivé «l’imagination des amateurs» avant même le début des matchs officiels.

Aucun joueur n’est plus spectaculaire que Connor McDavid, ce talentueux hockeyeur de 19 ans des Oilers d’Edmonton qui, bientôt, pourrait devenir le visage de la LNH.

La Coupe du monde est une entrée sur scène pour les meilleures jeunes étoiles du hockey. C’est particulièrement vrai pour McDavid, qui pourrait glisser dans l’anonymat à Edmonton mais qui se trouvera sous les réflecteurs pour les amateurs de hockey des États-Unis et du reste du monde.

«Pendant une courte période de temps, parce qu’il évoluera sur un plateau international, les amateurs verront Connor et ce qu’il est capable de faire, a déclaré Peter Chiarelli, le directeur général et l’homme qui a aidé à bâtir Équipe Amérique du Nord.

«Il se retrouvera avec des joueurs de son âge et pour cette raison, ce sera encore plus excitant à regarder. Il s’agit d’un talent universel. Il s’améliore chaque jour. Je suis également emballé de voir ce talent à ce niveau de jeu.»

Les porte-couleurs d’Équipe Amérique du Nord sont devenus le sujet de l’heure à la Coupe du monde après avoir donné l’impression que leurs rivaux patinaient dans la boue lors des rencontres préparatoires.

L’équipe réunit cinq des six derniers joueurs sélectionnés au premier rang du repêchage: Auston Matthews (Toronto, 2016), McDavid (Edmonton, 2015), Aaron Ekblad (Floride 2014), Nathan MacKinnon (Colorado, 2013) et Ryan Nugent-Hopkins (Edmonton, 2011).

Ajoutez à cela Jack Eichel, des Sabres de Buffalo, deuxième choix en 2015, et Johnny Gaudreau, la vedette des Flames de Calgary, et Équipe Amérique du Nord ne peut être prise à la légère.

Ralph Krueger, l’entraîneur d’Équipe Europe, considère qu’Équipe Amérique du Nord représente la formation la plus rapide parmi les huit qui participent au tournoi.

«C’était spectaculaire de voir ces jeunes en action, ensemble, a reconnu Krueger après que son équipe eut subi deux défaites en autant de matchs préparatoires face à cette formation. Avec de tels joueurs, la LNH a un incroyable avenir devant elle.»

En fait, ce prometteur pourrait même défier toute logique. Aux yeux de plusieurs, Sidney Crosby est le meilleur joueur de hockey au monde, mais ce n’est pas absurde de croire que McDavid sera le prochain à mériter une telle étiquette, dans un avenir très proche.

L’un des trois finalistes au trophée Calder, même s’il a raté trois mois d’action pendant sa saison recrue, McDavid a obtenu un point par match. Tout le battage publicitaire dont il fait l’objet ne suffit plus et jour après jour, de plus en plus de gens de hockey peuvent apprécier toutes les habiletés de l’attaquant des Oilers.

«Vous entendez beaucoup parler de lui lorsque vous êtes au loin, et c’est amusant de le voir jouer, note Stan Bowman, directeur général des Black Hawks du Chicago et l’un des membres dirigeants d’Équipe Amérique du Nord. Il possède un talent incroyable, et il est excitant à regarder jouer. Son potentiel est illimité. (…) Il sera un grand joueur pendant longtemps.»

McDavid est déjà un grand joueur, et l’entraîneur-chef d’équipe Amérique du Nord, Todd McLellan compte mettre un peu de piquant au match d’ouverture de son équipe, dimanche contre la Finlande, en le mutant sur le même trio que Matthews. Et même s’il n’est que huit mois jeune, Matthews sait qu’il lui arrivera peu souvent de jouer avec McDavid.

«Il analyse le jeu de façon avec beaucoup de rapidité. Il prend ses décisions rapidement, analyse Matthews. Il est un joueur très spécial. Il peut faire beaucoup de choses à un rythme que peu de joueurs peuvent égaler.»

McDavid estime qu’Équipe Amérique du Nord ne manque pas de rapides patineurs et ne devrait pas avoir de difficultés à faire vibrer les cordages. Il reconnaît cependant que le défi sera de bien jouer en défensive et de limiter le nombre de buts accordés face à des rivaux plus expérimentés.

Mais Équipe Amérique du Nord a été mise sur pied pour étaler les éléments les plus spectaculaires du hockey.

«Leur vitesse ressort et ils font preuve de confiance, a remarqué Crosby. Pour connaître autant de succès, à leur âge, il faut de la confiance et, bien sûr, du talent. Ils possèdent une combinaison des deux. Je pense qu’ils respectent leurs adversaires, mais pas trop, et il faut donc être prêts à les affronter.»

Les adversaires seront prêts ainsi que McDavid, qui a été nommé capitaine d’Équipe Amérique du Nord et qui a contribué à la médaille d’or du Canada, il y a 20 mois, lors du Championnat mondial de hockey junior au Centre Air Canada. De retour dans le même édifice, McDavid évoluera de nouveau sous les projecteurs. Mais il a l’habitude de briller lorsque le niveau de compétition augmente.

«Chaque fois que les meilleurs affrontent les meilleurs, c’est le hockey qui en sort grandi, soutient McDavid.

«Il s’agit d’une belle opportunité pour notre équipe, et pour moi-même également, de laisser notre marque et d’afficher clairement ce que représente l’avenir pour nous tous et pour moi-même. C’est vraiment une belle opportunité pour nous.»

Aussi dans Sports :

blog comments powered by Disqus