TORONTO — La formation des États-Unis à la Coupe du monde de hockey est acculée au pied du mur… après un seul match.

Une défaite contre Équipe Europe samedi a accru la pression sur les joueurs de John Tortorella à deux jours de leur duel de mardi face au Canada. Un autre revers, et ce sera à toutes fins pratiques terminé.

«Ce sera notre match de championnat, a reconnu Tortorella dimanche. Nous savions que nous devions affronter le Canada. Ce match arrive plus rapidement, et c’est la façon que nous avons choisie pour l’approcher.»

Les joueurs des États-Unis devront être au meilleur de leur forme après avoir subi un revers par blanchissage de 3-0 contre Équipe Europe samedi après-midi.

De son côté, le Canada a rossé la République tchèque 6-0, en soirée. La troupe de Mike Babcock a été si impressionnante que l’ancienne vedette américaine Mike Modano a proposé sur Twitter d’annuler le reste du tournoi et de donner le trophée au Canada.

Incapables de créer des chances de marquer de qualité contre Équipe Europe, les Américains affichaient une toute autre allure à l’entraînement dimanche.

Le combatif Justin Abdelkader évoluait sur un trio complété par Patrick Kane et le joueur de centre Derek Stepan. Le colosse défenseur Dustin Byfuglien a participé aux exercices en avantage numérique et Kyle Palmieri, mis de côté samedi, tout comme Byfuglien, se trouvait au sein d’un régulier.

Affichant son attitude des séries éliminatoires, Tortorella a refusé de dévoilé sa formation et a demandé aux journalistes de ne pas se lancer dans des conclusions de toutes sortes.

«Nous avons perdu le match, et vous allez donc penser, naturellement, qu’il y aura des changements, a mentionné Kane, responsable d’un revirement qui a causé une rare échappée à deux contre le gardien, et à un but.

«Nous avons eu des occasions lors de supériorités numériques, mais nous voulons en créer davantage. Nous pensons qu’il n’y en a pas eu suffisamment, et c’est à ce niveau que des changements seront apportés.»

Les modifications iront au-delà de la composition des trios et des tandems défensifs. En incluant les deux dernières parties des Jeux olympiques de Sotchi, les États-Unis ont été blanchis lors de leurs trois dernières sorties face à ce niveau de compétition internationale.

L’équipe américaine a été bâtie dans une optique de robustesse et de combativité, et tous les observateurs savaient que les buts nécessiteraient de la préparation. Tortorella demande à ses joueurs de se rendre au filet davantage parce que c’est à ce niveau qu’ils devraient être les plus efficaces.

«Qu’ils soient jolis ou moins beaux, tous les buts comptent, a fait remarquer Palmieri. Il n’y a pas de photos sur les feuilles de pointage.»

S’il y en avait, certains des buts du Canada contre la République tchèque seraient qualifiés d’oeuvres d’art.

Le trio composé de Sidney Crosby, Brad Marchand et Patrice Bergeron a cliqué immédiatement, et la profondeur de l’alignement est de loin la plus impressionnante à la Coupe du monde.

Ainsi, pendant que les États-Unis jonglent avec leurs trios, le Canada n’a rien à réparer.

«Je ne me souviens pas avoir changé ma formation après une victoire, a déclaré Babcock. Scotty (Bowman) m’appellerait et me demanderait ce que je fais!».

Aussi dans Sports :

blog comments powered by Disqus