Nathan Denette Nathan Denette / La Presse Canadienne

TORONTO — Une après l’autre, les joueurs du Canada ont défilé dans la salle des médias du Air Canada Centre, jeudi, lors d’une journée entre deux rencontres à la Coupe du monde de hockey.

L’identité de l’adversaire du Canada lors des demi-finales n’était pas connue lors de la disponibilité média et les questions étaient donc un peu vagues. Les joueurs ont parlé du processus, de bien faire les choses et de garder la même recette qui a fait leur succès lors de leurs trois victoires consécutives pendant le tour préliminaire.

Les Canadiens semblent tellement supérieurs à leurs rivaux depuis le début du tournoi que ce sera peut-être à leur adversaire — qui sera finalement la Russie — de trouver un moyen de les battre, et non l’inverse.

Le Canada est la seule équipe avec une fiche immaculée depuis le début du tournoi. Il a concédé seulement trois buts et a contrôlé le jeu pendant la majorité des matchs. Il a aussi une moyenne de près de cinq buts et de plus de 43 tirs par rencontre.

Les Russes contrôlaient leur destinée avant leur match contre la Finlande, jeudi après-midi. Une victoire de 3-0 leur a permis de terminer en deuxième place du groupe B et d’éliminer Équipe Amérique du Nord.

Face au Canada, la Russie espérera obtenir une autre bonne performance du gardien Sergei Bobrovsky et la contribution offensive d’Alex Ovechkin et Evgeni Malkin. Les Russes voudront certainement jouer les trouble-fêtes face aux favoris locaux, samedi.

«C’est une occasion énorme, a dit Ovechkin. Ils ont une très bonne équipe, mais nous devons égaler leur intensité.»

Le duel Canada-Russie représentera un autre chapitre d’une des plus grandes rivalités de l’histoire du hockey. Plusieurs partisans auraient toutefois préféré voir le Canada devoir affronter Équipe Amérique du Nord et ses étoiles électrisantes de 23 ans et moins.

Pour les vieux routiers d’Équipe Canada, l’adversaire n’a pas d’importance.

«Nous nous concentrons sur notre façon de jouer, notre système, a dit l’attaquant du Canada Brad Marchand. Nous devons peut-être faire quelques ajustements, mais nous devons nous concentrer sur notre jeu.

«Il faut travailler fort et quand c’est ce que vous faites, il se produit habituellement de bonnes choses.»

L’entraîneur-chef Mike Babcock a indiqué qu’il allait dévoiler sa formation après l’entraînement de vendredi. Ryan Getzlaf, Shea Weber et Carey Price devraient être de retour après avoir obtenu une soirée de congé mercredi, quand le Canada a défait Équipe Europe 4-1.

La profondeur de l’équipe canadienne est si impressionnante que même Marchand a admis avoir pris un moment pour se pincer dans le vestiaire après son arrivée. Il a revêtu l’unifolié pour une première fois au niveau senior lors du Championnat mondial, plus tôt ce printemps, mais la formation canadienne à la Coupe du monde est encore plus impressionnante.

«C’est étonnant de voir à quel point l’équipe est incroyable, a-t-il dit. D’être à Toronto, d’être entouré par les partisans canadiens, par des gens qui portent l’uniforme de l’équipe, c’est une expérience unique.

«Et ce sera encore plus spécial maintenant. Il n’y a plus de marge de manoeuvre.»

La Russie a terminé le tour préliminaire avec un dossier de 2-1. Elle a accumulé huit buts pour et cinq buts contre.

«Ce sera un grand défi, mais c’est comme ça», a dit l’attaquant russe Evgeny Kuznetsov.

Équipe Europe affrontera la Suède dans l’autre demi-finale, dimanche. La finale sera disputée à compter de mardi sous la formule au meilleur de trois matchs.

Aussi dans Sports :

blog comments powered by Disqus