Archives Métro Michel Therrien.

BROSSARD, Qc — Comme la centaine de spectateurs présents au Complexe Bell pour le premier match intra-équipe du Canadien vendredi, Michel Therrien n’a pas vu beaucoup de buts ni d’arrêts spectaculaires de ses quatre gardiens. Il a cependant été témoin d’autre chose qui lui a laissé une impression favorable.

«Ce que j’ai beaucoup aimé de notre groupe, ç’a été l’intensité. Il n’y avait pas beaucoup de place sur la patinoire, les gars étaient concentrés lors de nos entraînements. Aujourd’hui, c’était une introduction à quelques aspects que nous voulons intégrer, mais j’ai trouvé l’intensité élevée. C’était serré sur la patinoire et il n’y a pas eu beaucoup de chances de marquer», a analysé l’entraîneur-chef.

Lors de ce match de deux périodes de 20 minutes à temps continu — sauf les cinq dernières minutes du deuxième vingt — il ne s’est marqué que deux buts, tous les deux par le groupe de joueurs vêtus de chandails blancs. Et s’il avait fallu identifier les trois étoiles de ce match, la première aurait été décernée à Alexander Radulov.

Le talentueux attaquant a marqué le premier but, sur un tir de pénalité contre Charlie Lindgren au milieu du deuxième vingt, et il a mérité une passe sur celui du défenseur Greg Pateryn vers la fin de l’engagement. Surtout, les entraîneurs de l’équipe ont vu un joueur dynamique et impliqué dans les trois zones.

«C’est un peu trop tôt pour s’exciter, a lui-même prévenu l’ancienne grande vedette des Remparts de Québec, qui devait d’ailleurs faire un retour dans la Vieille Capitale vendredi soir pour souligner les 20 ans d’existence de son ancienne équipe junior. Mais c’est toujours agréable de marquer des buts, même lors d’un match intra-équipe.»

Au-delà de la qualité de son jeu, Radulov a aimé l’ambiance qui se dégageait au Complexe Bell.

«C’est plaisant de voir des spectateurs se déplacer pour voir un entraînement. Ça vous fait travailler plus fort encore. Ça paraît que le hockey leur a manqué.»

Invité à parler de la nouvelle acquisition du Tricolore, Therrien s’est attardé sur autre chose que les talents de hockeyeur de Radulov.

«Il amène beaucoup de passion dans tout ce qu’il fait. On le sent. C’est un gars qui est facile d’accès. Il n’y a pas que les vétérans qui se sentent à l’aise, mais il va aussi vers les jeunes. Il est proche des gars par son dynamisme. Ça, c’est son côté personnalité. Sur le plan hockey, on sait qu’il est un bon joueur. Nous sommes contents de l’avoir avec nous et il semble très heureux avec notre équipe», a observé Therrien.

Dans un autre ordre d’idées, l’entraîneur-chef du Canadien devait contacter, vendredi après-midi, le capitaine Max Pacioretty et le vétéran centre Tomas Plekanec, dont l’aventure à la Coupe du monde de hockey a pris fin jeudi soir après l’affrontement entre les États-Unis et la République tchèque. Therrien devrait informer les medias samedi de ses plans avec ces deux piliers du Tricolore.

Samedi soir, deux autres porte-couleurs du Canadien subiront l’élimination à la Coupe du monde, puisque Carey Price et Shea Weber, du côté du Canada, croiseront le fer avec les défenseurs Andrei Markov et Alexei Emelin de la Russie, en demi-finale.

Aussi dans Canadien de Montréal :

blog comments powered by Disqus