MONTRÉAL — Artur Beterbiev a enfin trouvé un boxeur qui a accepté de monter dans le ring avec lui: le Paraguayen Isidro Ranoni Prieto.

Beterbiev (10-0, 10 K.-O.), champion NABA des mi-lourds, et Prieto (26-1-3, 22 K.-O.), champion WBO Latino, croiseront le fer le 23 décembre prochain, au Casino du Lac-Leamy.

Prieto, 10e aspirant au titre de la World Boxing Organization (WBO), a subi son seul revers en carrière à son unique visite en sol canadien, alors qu’il s’était incliné par décision unanime face à Eleider Alavrez en août 2015, au Centre Bell. Il a remporté les deux combats qu’il a livrés depuis par K.-O., ne livrant que trois rounds au total.

Face à Alvarez, Prieto avait semblé manquer d’énergie en deuxième moitié de combat, ce qui avait permis au Montréalais d’origine colombienne de se détacher de son adversaire pour inscrire une victoire par trois pointages identiques de 117-111.

Beterbiev est l’aspirant no 2 de l’International Boxing Federation (IBF), no 3 du World Boxing Council (WBC) et de la World Boxing Association (WBA), et no 4 de la WBO. Le redoutable boxeur du Groupe Yvon Michel a toutes les difficultés du monde à se trouver des adversaires, puisqu’il représente un trop grand risque pour les boxeurs de la divison.

GYM a d’ailleurs comme objectif pour Beterbiev de l’amener comme aspirant obligatoire à l’une des trois ceintures — IBF, WBA et WBO — détenues par le Russe Sergey Kovalev. Celle du WBC est propriété d’Adonis Stevenson, dont le prochain combat le mettra aux prises contre Alvarez, qui est l’aspirant obligatoire.

Pour l’instant, les combats préliminaires au choc Beterbiev-Prieto n’ont pas été divulgués.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!