OTTAWA — Entouré de nombreux jeunes joueurs, dont certains n’ont toujours pas connu leur baptême de feu dans la Ligue nationale de hockey, Paul Byron a pris les choses en main samedi après-midi et s’est comporté tel un leader.

Le rapide attaquant a participé à tous les buts du Canadien, incluant celui de Phillip Danault après 46 secondes de jeu de la période de prolongation, dans une victoire de 3-2 contre les Sénateurs d’Ottawa au Centre Canadian Tire.

Les joueurs de Michel Therrien ont donc savouré une douce vengeance, eux qui avaient perdu dans des circonstances semblables, 4-3, il y a deux jours au Centre Bell. Ils ont aussi signé un deuxième gain en quatre sorties depuis le début des rencontres préparatoires.

Les hommes de Therrien reprendront le collier dès dimanche soir en rendant visite aux Maple Leafs de Toronto, au Centre Air Canada.

Byron a marqué son deuxième but du camp d’entraînement après seulement 37 secondes de jeu, avant de récolter une passe sur le filet égalisateur de Bryan Flynn alors qu’il ne restait que 36,2 secondes à écouler au temps réglementaire.

Le trio de Byron, Danault et Flynn, qui a remplacé Torrey Mitchell, victime d’une blessure sans gravité en première période, a de loin été le plus dynamique et le plus visible chez le Canadien.

Les trois joueurs ont récolté huit des 32 tirs du Tricolore en direction d’Andrew Hammond.

En deux matchs préparatoires, Byron totalise rien de moins que cinq points, dont deux buts.

«C’est tellement un compétiteur. Il a été une inspiration pour tout le monde», a déclaré Therrien.

Byron, lui, a plutôt rendu hommage à ses deux complices.

«Nous sommes trois joueurs qui travaillent très fort et qui jouent de la façon qu’il faut jouer. C’est simple. On met les rondelles aux bons endroits. Et quand tu joues avec deux gars qui sont intelligents sur la glace, c’est facile.»

Pour ce premier de deux matchs en autant de jours en Ontario, Therrien avait donné congé à bon nombre de vétérans et offert la chance à plusieurs jeunes joueurs de se mettre en évidence.

Chez les attaquants, la liste de vétérans de la saison 2015-16 incluait Byron, Mitchell, Flynn, Danault, Stefan Matteau, Jacob De La Rose, et Michael McCarron.

Therrien a d’ailleurs bien aimé ce qu’il a vu de Matteau et de McCarron.

«On les a trouvés très engagés. Stefan a bien joué, il s’est impliqué, a été vite sur la rondelle. Ç’a été la même chose avec McCarron. Il a fait beaucoup de bonnes choses.»

La brigade défensive du Tricolore était particulièrement inexpérimentée. Les six défenseurs employés par Therrien ne totalisaient aucun point en carrière et seulement 17 matchs d’expérience dans la LNH, incluant les 13 de Philip Samuelsson avec les Penguins de Pittsburgh et les Coyotes de l’Arizona entre 2013 et 2016.

Et trois d’entre eux — Noah Juulsen, Yury Alexandrov et Tom Parisi — attendent toujours de réaliser leur rêve d’évoluer dans la meilleure ligue de hockey professionnel.

«C’est sûr qu’il y a eu de petits manques d’exécution à l’occasion, ce qui est normal. Mais en général, ils ont bien fait», a noté Therrien en parlant de ses défenseurs.

C’est derrière cette brigade de novices que le nouveau venu Al Montoya a dû protéger les filets, face à une formation qui, de surcroît, comptait sur plusieurs vétérans, dont les défenseurs Erik Karlsson et Dion Phaneuf, absents jeudi soir à Montréal.

Sans être spectaculaire, l’ancien choix de premier tour des Rangers de New York en 2004 s’est montré solide devant les 26 tirs des Sénateurs. Mike Hoffman, en avantage numérique, et Kyle Turris l’ont déjoué pendant les sept premières minutes du deuxième vingt.

«Avec de si jeunes joueurs, vous devez prévoir l’imprévisible, a commenté Montoya. Dans un sens, ça m’oblige à demeurer alerte et toujours bien suivre la rondelle des yeux.»

Montoya, qui avait participé à une moitié de match mardi face aux Capitals de Washington, a dit s’être senti plus à l’aise samedi.

«Je crois que mes déplacements étaient plus fluides. Il faut dire qu’il s’agissait de mon premier match complet, et mentalement, c’est toujours le plus difficile. Lors des entraînements, vous travaillez avec vigueur pendant une minute; aujourd’hui, c’était 60 minutes. Mais c’est bon de compléter ce premier match. Je vais retenir les éléments positifs et commencer à travailler avec Stéphane (Waite).»

Aussi dans Sports :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!