Gene J. Puskar / The Associated Press Landry Jones, Matt Spaeth.

PITTSBURGH — Landry Jones est quelqu’un de réaliste. Il croit que c’est le résultat de ses trois dernières saisons à se battre pour son poste et à rabattre les tentatives des Steelers de Pittsburgh de trouver un meilleur réserviste à Ben Roethlisberger.

Lors d’une réunion d’équipe mercredi, pendant que le quart étoile de l’équipe se reposait à la maison après avoir été opéré au genou gauche et à quelques jours de la visite des Patriots de la Nouvelle-Angleterre, dimanche, Jones a livré un message à ses coéquipiers avec un sourire en coin.

«Ne paniquez pas.»

Vraiment.

«À chaque fois que LE Landry Jones nous livre un grand discours, nous l’apprécions», a raconté le secondeur Arthur Moats en rigolant.

«Mais sérieusement, nous comprenons que chaque joueur à un rôle. Peu importe la position, nous avons des joueurs qui ont pris la relève cette saison. Ce ne sera pas différent avec Landry.»

Jones sait qu’il n’est pas Roethlisberger. Après tout, peu de quarts lui arrivent à la cheville. Mais ça ne veut pas dire que le coordonnateur offensif Todd Haley va brûler la moitié de son livre de jeux ou que les Steelers (4-2) vont concéder la victoire à la bande à Tom Brady.

Depuis que les Steelers l’ont sélectionné en quatrième ronde du repêchage de 2013, Jones croit qu’il peut être un quart partant dans la NFL. Et ça n’a pas changé. Écoulant présentement la dernière saison de son contrat de recrue, Jones sait que l’enjeu sera plus grand pour lui dimanche qu’une simple victoire. Il aura aussi l’occasion de prouver aux 31 autres équipes de la NFL qu’il peut faire la différence dans cette ligue.

«Oui, mais c’est sur un rond arrière tout ça, a dit Jones mercredi. Je joue présentement avec les Steelers. Je veux gagner le match. Le reste va venir de lui-même.»

Jones a démontré de belles choses en 2015. Il a orchestré une remontée en deuxième demie face aux Cardinals de l’Arizona et une séquence victorieuse face aux Raiders d’Oakland pendant que Roethlisberger était sur la touche.

Cependant, il n’avait pas été très impressionnant face aux Chiefs de Kansas City, dans le seul match qu’il a commencé et terminé. Et il semblait complètement dépassé lors du premier tour éliminatoire face aux Bengals de Cincinnati en janvier dernier, pendant que Roethlisberger subissait des traitements à l’épaule droite. Jones semblait avoir été victime d’une interception fatale, avant de voir les Bengals connaître un effondrement monumental.

Jones est toutefois toujours le réserviste de Roethlisberger et il a maintenant une autre occasion de faire ses preuves.

«Je ne dois pas être trop prudent et me contenter de courtes passes, a mentionné Jones. Je dois jouer avec confiance.»

Aussi dans Sports :

blog comments powered by Disqus