THE CANADIAN PRESS Max Pacioretty, Alex Galchenyuk et Brendan Gallagher.

BROSSARD, Qc — L’image n’était pas anodine vendredi matin au Complexe sportif Bell, quand Alex Galchenyuk s’est présenté sur la patinoire pour un entraînement optionnel avec une poignée de coéquipiers.

Galchenyuk, qui a inscrit un but et trois aides en quatre matchs cette saison, a patiné en compagnie des défenseurs Greg Pateryn et Mikhail Sergachev, de l’attaquant Daniel Carr et du gardien Al Montoya. Du groupe, seulement Galchenyuk et Sergachev avaient joué dans la victoire de 5-2 du Tricolore contre les Coyotes de l’Arizona, jeudi soir.

Si Sergachev a reconnu qu’il n’y avait «rien d’optionnel» pour lui présentement, alors qu’il souhaite continuer à progresser et à prendre du galon dans l’objectif de passer l’ensemble de la campagne avec le Canadien, Galchenyuk a pour sa part indiqué qu’il voulait travailler sur certaines choses.

«Je voulais pratiquer certains tirs, a raconté l’Américain de 22 ans après la séance d’environ 45 minutes. Il est encore tôt dans la saison et c’est le bon moment pour travailler sur certaines choses.

«Je me suis levé ce matin et j’ai décidé d’aller patiner.»

Après avoir connu une fin de saison spectaculaire avec 29 points — dont 20 buts — à ses 33 derniers matchs, Galchenyuk est de retour au sein du premier trio du Tricolore cet automne, aux côtés de Max Pacioretty et Brendan Gallagher.

Si les mauvaises langues diront que Galchenyuk a connu du succès la saison dernière dans des matchs sans importance quand le Canadien était déjà exclus de la course aux séries, Galchenyuk répond aux attentes de la direction jusqu’ici cette saison.

«Il est encore jeune, mais il méritait ce rôle (de centre no 1) dès le début de la nouvelle saison, a mentionné l’entraîneur-chef Michel Therrien, vendredi. Nous croyons en lui et il était prêt pour ce défi.

«Je pense qu’il a mieux fait lors des deux derniers matchs. Mais il ne faut pas oublier que c’est exigeant d’être un centre no 1 à un si jeune âge. Nous voulions qu’il s’améliore à chaque jour et c’est ce que nous voyons depuis le début de la saison.»

De son côté, Galchenyuk semble à l’aise avec ses nouvelles responsabilités.

«Je ne pense pas qu’il y ait de la pression à part celle que je me mets sur les épaules, a-t-il raconté. Je veux m’améliorer à chaque match, prendre mon rythme, mieux patiner.

«Nous voulons être créatifs, mais nous devons aussi pousser dans la bonne direction. Nous parlons beaucoup après les matchs et les entraînements et nous discutons de ce qui a fonctionné et ce qui n’a pas fonctionné. Nous nous entraidons pour essayer de nous rendre meilleurs.»

Aussi dans Sports :

blog comments powered by Disqus