BROSSARD, Qc — Il n’y a pas que les trios qui peuvent changer avec Michel Therrien; c’est aussi le cas de ses paires de défenseurs. Lundi, l’entraîneur-chef du Canadien a muté Alexei Emelin auprès de Shea Weber et l’expérience sera reprise mercredi contre les Islanders de New York.

Face aux Flyers de Philadelphie, Emelin a été le défenseur le plus utilisé du Canadien à forces égales, alors qu’il a joué pendant 20 minutes 55 secondes, soit 27 secondes de plus que Weber.

Emelin n’a pas obtenu la même visibilité que Weber ou encore Alexander Radulov — la grande étoile du triomphe de 3-1 contre les Flyers — mais ça ne l’a pas empêché de très bien se tirer d’affaires. Il a terminé le match avec une mention d’aide, un ratio défensif de plus-2 et il a joué pendant une minute 22 secondes en désavantage numérique, autant que son célèbre partenaire de jeu.

«Il est tôt dans la saison, et on veut tenter diverses expériences. C’en est une», a déclaré Therrien, qui dit aimer ce qu’il voit d’Emelin depuis le début de la saison.

«C’est un gars très robuste et c’est difficile de l’affronter à un contre un. Avec n’importe quel athlète, c’est souvent une question de confiance et en ce moment, il joue avec beaucoup de confiance, de renchérir Therrien au sujet d’Emelin. Il garde les jeux simples et il est solide. Il est bon dans sa zone et dans les zones restreintes pour éliminer son joueur. Il forme un bon complément (à Weber).»

Pendant qu’Emelin se trouve aux côtés de celui qui s’impose dorénavant à titre de défenseur numéro un du Canadien, Nathan Beaulieu a glissé sur la troisième paire, auprès de Greg Pateryn.

Questionné à savoir si l’expérience d’unir Beaulieu avec Weber sera éventuellement reprise ou si elle était déjà terminée, Therrien n’a pas répondu de façon directe. Il a même paru surpris par la question.

«Je l’ai dit et je me répète; on aime ce qu’on voit d’Emelin depuis le début de la saison. C’est la raison pour laquelle nous menons cette expérience», a-t-il tranché.

Si Beaulieu est déçu de la tournure des événements, lui qui avait clairement manifesté à la fin du camp son désir de jouer avec Weber, il n’a pas été possible de le savoir puisqu’il n’a pas rencontré les journalistes avant le départ de l’équipe pour Brooklyn.

Contre les Flyers, Beaulieu a effectué 19 présences sur la patinoire — six de moins que Weber et Emelin — et a joué pendant exactement 14 minutes, même moins que Pateryn (14:42).

Il a commis trois revirements — le même total qu’Emelin et Andrei Markov — mais a mené le Canadien au chapitre des tirs bloqués, avec cinq. Et il n’était pas sur la patinoire lors du seul but des Flyers, celui de Jakub Voracek, en deuxième période.

Quant à Emelin, on le sentait fier de former un duo avec Weber.

«Il s’agit d’une belle opportunité pour moi. Shea est un grand leader, un bon gars, et je pense que nous avons bien joué ensemble.»

Il ne croit pas qu’il doive modifier sa façon habituelle de jouer pour s’adapter à son nouveau partenaire.»

«Je ne pense pas qu’il m’est nécessaire d’ajuster mon style de jeu. Nous avons un système collectif, et peu importe avec qui j’évolue, nous jouons de la bonne façon. Et que mon partenaire soit (Mikhail) Sergachev ou Shea, nous le faisons pour le bien de l’équipe.»

Par ailleurs, Therrien a confirmé que le gardien Al Montoya défendra la cage du Canadien mercredi contre l’équipe avec laquelle il a disputé 51 matchs entre 2010 et 2012. À moins d’un malheur, Carey Price gardera les buts du Tricolore jeudi, lors de la visite du Lightning de Tampa Bay.

Montoya, qui n’a pas joué depuis son jeu blanc face aux Penguins de Pittsburgh mardi dernier, a gagné ses trois matchs en carrière contre les Islanders et affiche une moyenne de buts alloués de 2,64.

La présence de Montoya dans la formation sera l’unique changement apporté par l’entraîneur Therrien.

Aussi dans Sports :

blog comments powered by Disqus