Geert Vanden Wijngaert Geert Vanden Wijngaert / The Associated Press

La saison a été mouvementée pour le jeune Max Verstappen.

Le Néerlandais est passé à l’écurie Red Bull, est devenu le plus jeune pilote à remporter une course en F1 et a eu des échanges tendus avec des grands noms du sport automobile.

Agressives, ses tactiques ont même mené à une clarification des règles.

‘Mad Max’ a du front. Il ne se laisse pas intimider, et plusieurs voient en lui une dose d’agrément fort bienvenue en F1, en plus d’un futur champion. La célébrité est à sa portée, et il tend le bras.

«Pourquoi attendre?, demande le jeune homme de 19 ans. J’ai une super voiture et une super équipe, et je veux aller chercher tous les honneurs aussi vite que possible.»

La semaine dernière, il a fait la manchette comme seul peut le faire un adolescent dans un monde d’adultes.

Les bolides avaient à peine quitté le Japon, deux semaines plus tôt, quand Mercedes a songé à déposer une plainte pour sa conduite défensive vis-à-vis Lewis Hamilton, avant de se raviser. Verstappen a fini deuxième et Hamilton troisième, ce qui a nui à la quête de ce dernier de rattraper au classement Nico Rosberg, son coéquipier.

Une fois à Austin, plusieurs ont déploré le comportement de leur collègue précoce. Comme ça s’accumulait depuis le début de la saison, les officiels de la F1 ont précisé un règlement: bloquer quand on applique les freins est interdit et sujet à sanction. Les médias ont vite appelé la clarification «la règle Verstappen».

Le principal intéressé a haussé les épaules.

«Peut-être que là ils vont réussir à me dépasser», a t-il lancé.

Le garage Red Bull a aussi connu des remous.

Averti tôt en course de ménager ses pneus, Verstappen a vivement répliqué qu’il n’était pas là pour finir quatrième. Quelques tours plus tard, il a fait erreur en se rendant aux puits sans une telle commande de l’équipe. Quelques tours plus tard, sa course a pris fin à cause d’un problème avec sa boîte de vitesses.

«Nous avons 80 ingénieurs et stratégistes, mais ça ne sert à rien si un pilote décide par lui-même d’aller aux puits», s’est lamenté Helmut Marko, un consultant pour Red Bull.

Verstappen est le fils du pilote Jos Verstappen, qui a pris part à 106 courses en Formule Un. Son talent est vite apparu sur les radars. Toto Wolff, qui est en charge avec Mercedes, a voulu lui offrir un contrat à 14 ans, avant que Red Bull l’embauche.

Wolff a déjà utilisé les mots ‘rafraîchissant’ et ‘dangereux’ pour décrire Verstappen, allant même jusqu’à le comparer à Ayrton Senna.

«Il laisse de côté la peur et le respect, a dit Wolff, plus tôt cette saison. Il joue du coude.»

Ça n’enchante pas certaines équipes – Ferrari, notamment, qui compte sur d’anciens champions du monde en Sebastian Vettel et Kimi Raikkonen. Ce dernier a déjà averti Verstappen que sa façon de conduire pourrait causer «un énorme accident».

Verstappen a néanmoins fini deuxième en Malaisie et au Japon. Et en Espagne, où les Mercedes se sont heurtées au premier tour, il a saisi les commandes puis a résisté à Raikkonen pour signer une première victoire en carrière. À sa première course avec Red Bull, rien de moins.

Verstappen conduit avec du chien, et une victoire dimanche, au Mexique, surviendrait le jour de son 20e anniversaire. Les critiques à son endroit n’ont pas érodé sa confiance ou son assurance en piste.

«Ça ne m’affecte pas, a dit Verstappen. Je suis un grand garçon.»

Aussi dans Sports :

blog comments powered by Disqus