Rebecca Blackwell Rebecca Blackwell / The Associated Press

MÉXICO — Le Grand Prix du Mexique a jeté de l’huile sur le feu d’une rivalité déjà bien attisée entre les écuries Red Bull et Ferrari.

Les pilotes Red Bull Max Verstappen et Daniel Ricciardo étaient tous les deux engagés dans des duels avec Sebastian Vettel en fin de course qui ont finalement abouti à des sanctions, deux pilotes étant évincés du podium, et à des gros mots.

Cette controverse a presque éclipsé la victoire cruciale de Lewis Hamilton, dimanche, alors qu’il cherche à combler son retard sur son coéquipier chez Mercedes Nico Rosberg dans la course au championnat.

À seulement 19 ans, Verstappen s’est illustré à sa deuxième saison en Formule 1 avec sa première victoire en carrière, cinq autres podiums et des manoeuvres agressives qui lui ont valu les remontrances des autres équipes — notamment Ferrari — et les avertissements des commissaires de course.

Ces succès ont permis à Red Bull de devancer Ferrari au deuxième rang du championnat des constructeurs, ajoutant à la frustration d’une décevante saison pour l’équipe italienne.

Les dernières flammèches sont survenues lorsque Vettel et Verstappen bataillaient pour la troisième place à Mexico.

Vettel a tenté de doubler Verstappen dans l’amorce d’un virage après la longue ligne droite à l’Autodromo Hermanos Rodriguez. Verstappen a fait une incursion sur le gazon — à l’instar de Hamilton au premier tour — et il a maintenu sa position.

Vettel était furieux que Verstappen fasse cette manoeuvre illégale. L’équipe Red Bull l’a même avisé de céder sa position à Ferrari.

Verstappen a fait la sourde oreille. Vettel y est allé d’un juron à la radio et a crié: ‘Il doit me laisser passer! Dégage! Dégage pour l’amour de Dieu!»

Après avoir franchi le drapeau à damier, Vettel s’est placé à côté de la voiture de Verstappen et a agité son doigt. Verstappen a répliqué en lui montrant son poing.

L’adolescent s’est dirigé tout droit vers la chambre qui permet aux pilotes de se rafraîchir avant la cérémonie de podium avant d’apprendre que les commissaires de course l’avaient pénalisé de cinq secondes pour avoir quitté la piste et gagné un avantage. Relégué au cinquième rang, Verstappen est parti en trombe pendant qu’on amenait Vettel pour la cérémonie au champagne d’après-course.

Mais le sourire de Vettel a été de courte durée.

Environ deux heures après la fin de l’épreuve, Vettel a été pénalisé pour manoeuvre dangereuse pour défendre sa position aux dépens de Ricciardo au 70e des 71 tours. Les responsables de la F1 ont averti les pilotes que ces manoeuvres seraient sanctionnées, en partie à la suite des plaintes précédentes de Ferrari à l’endroit de Verstappen.

«J’étais frustré, a reconnu Ricciardo. Nous savons que les manoeuvres de Max ont été un peu douteuses. C’était la même chose aujourd’hui avec Seb. Ne vous méprenez pas, j’aime la course, j’adore les rivalités en piste et même un peu de contact. Mais toute cette manoeuvre au freinage n’avait pas sa place.»

Verstappen était toutefois furieux d’avoir été sanctionné. Il a adressé quelques reproches à Vettel, un quadruple champion du monde qui n’a pas gagné cette saison.

«C’est un gars très frustré, criant à la radio comme un enfant», a déclaré Verstappen.

Vettel a invité Verstappen à «se calmer» en piste.

«Je pense que c’est un jeune formidable. Il est rapide, il pousse, il redéfinit les limites, non pas dans un sens négatif, a commenté Vettel. C’est un jeune talentueux. Je l’aime bien en général. Je pense qu’il a encore besoin d’apprendre certaines choses. Il lui faut se calmer. Je pense qu’en fin de compte il se nuit plus qu’il ne s’aide.»

Aussi dans Sports :

blog comments powered by Disqus