TOKYO — Le président du panel de gestion des coûts de la ville de Tokyo, Shinichi Ueyama, a critiqué le Comité organisateur des Jeux olympiques d’été de 2020, qu’il accuse de ne pas collaborer en n’appliquant pas les recommandations qui ont pour but d’en réduire les dépenses.

Ueyama a indiqué que l’organisation des Jeux de Tokyo pourrait excédé les 30 milliards $ US — quatre fois les coûts initialement prévus — si des coupes drastiques ne sont pas effectuées.

L’une de ces suggestions était de déplacer les compétitions d’aviron et de canoë-kayak vers un site déjà existant, dans la préfecture de Miyagi, à quelque 400 km au nord de la ville. Ce déménagement a été suggéré après que le coût projeté de la construction du site de Sea Forest eut été évaluée à 480 millions $, soit sept fois les estimations originales.

Les organisateurs des JO ont argué que c’est plutôt de déplacer ces compétitions vers Miyagi qui ferait grimper les coûts, puisque les infrastructures existantes ne répondent pas aux critères olympiques. Afin de répondre aux critères du CIO, le site de Miyagi devrait sbir une transformation de quelque 190 millions $. Des coûts additionnels reliés à la sécurité, au transport et aux autres infrastructures nécessaires feront également grimper la facture.

Une évaluation de mise à niveau d’un autre site, à Naganuma, avait été chiffrée à 330 millions $.

Le panel a également proposé de construire des infrastructures plus petites que celles proposées pour les sites de volleyball et de natation, ainsi que la possibilité de déplacer le volleyball vers Yokohama.

Ueyama a également critiqué la façon dont a été composé le comité organisateur, comparant sa situation à celle d’une compagnie sans chef de la direction ou sans directeur financier.

Le comité organisateur n’a toujours pas émis de budget pour les JO 2020, ce qu’Ueyama lui a prié de faire le plus tôt possible.

Aussi dans Sports :

blog comments powered by Disqus