Yves Provencher/Métro Francois Dumontier

MONTRÉAL — Le président et chef de la direction de Groupe de course Octane, François Dumontier, sait maintenant comment se sentait son ex-patron, Normand Legault, lorsqu’il devait faire la promotion du Grand Prix de Formule 1 du Canada.

Legault a été impliqué dans l’organisation du Grand Prix du Canada de 1978 à 2008, et en a été le président et chef de la direction de 1996 à 2008. Jacques Villeneuve a été embauché par Williams en 1996, et il a remporté le championnat du monde un an plus tard.

Dumontier, qui lui a succédé à titre de promoteur de l’événement, misera donc beaucoup sur la présence du Québécois Lance Stroll pour mousser la popularité du Grand Prix du Canada.

«Le fait que Lance maîtrise parfaitement nos deux langues officielles contribuera à en faire une figure très populaire auprès des amateurs de chez nous et d’une nouvelle jeune clientèle, a-t-il souligné. Lance Stroll arrive en Formule 1 l’année où nous célébrons ’50 ans de Formule 1′ au Canada. On peut donc voir sa venue comme un merveilleux cadeau d’anniversaire.»

Dumontier s’est déplacé vers le quartier général de Williams à Grove, en Angleterre, afin d’assister à la conférence de presse confirmant l’arrivée de Stroll à titre de pilote titulaire au sein de l’équipe britannique. Il cachait d’ailleurs difficilement sa joie en entretien téléphonique, jeudi.

«C’est sûr que c’est positif, et je mentirais si je disais que ça ne fera pas de différence à la billetterie, a-t-il confié. Je me souviens quand Jacques est arrivé en F1 à l’époque où je travaillais pour Normand Legault, c’était très effervescent dans le milieu parce que nous avions un pilote québécois inscrit au championnat.

«J’ai aussi vécu l’autre réalité, celle sans pilote québécois en F1, et je peux assurer que ça fera une différence. L’impact de Lance se fera sentir partout: à la billetterie, mais également dans les médias, parce que les médias vont parler davantage du sport. Ça ne peut être que bénéfique pour nous.»

Stroll, qui a fêté son 18e anniversaire le 29 octobre, est ainsi devenu le premier pilote québécois en F1 depuis Jacques Villeneuve en 2006. Il est également le troisième représentant de la province à accomplir l’exploit, après Jacques et son père Gilles Villeneuve.

«Il y a désormais trois moments charnières dans l’histoire du sport automobile canadien et de notre Grand Prix du Canada: 1978 avec la venue de Gilles Villeneuve, 1996 avec l’arrivée de son fils Jacques et maintenant 2017, avec la présence de Lance Stroll», a mentionné Dumontier.

L’homme d’affaires a également rappelé le lien particulier qui unit Montréal à l’équipe britannique fondée en 1977 par Frank Williams, qui a depuis cédé les rênes à sa fille, Claire.

«Il est intéressant de noter que c’est l’équipe Williams qui avait donné sa première chance à Jacques Villeneuve, équipe avec laquelle il est devenu champion du monde, et qui en fait autant maintenant avec Lance, a-t-il rappelé. De plus, cette équipe a toujours eu une relation spéciale avec Montréal et le Grand Prix du Canada depuis son premier titre mondial, obtenu chez nous en 1980 par Alan Jones.»

La vente des billets «est éminente»

Cette annonce est un baume pour Dumontier, qui a fait l’objet de nombreuses rumeurs au cours des dernières semaines à l’effet que le grand manitou de la F1, Bernie Ecclestone, tente de l’écarter de la promotion du Grand Prix du Canada.

Un dossier que n’a pas tenu à aborder Dumontier en entretien téléphonique, même s’il a récemment déclaré qu’il «serait là en juin 2017» et rappelé qu’une entente était en vigueur entre Formule One Management (FOM) et le Groupe de course Octane pour la présentation de l’épreuve montréalaise jusqu’en 2024.

Rappelons que lors de la publication du calendrier provisoire de la saison 2017, le Grand Prix du Canada était doté d’un astérisque, ce qui signifie qu’il était menacé.

En juin dernier, Ecclestone avait pressé l’administration Coderre de respecter l’entente conclue en 2014 pour assurer la pérennité du Grand Prix du Canada, sinon celui-ci pourrait ultimement disparaître. Entre-temps, des discussions ont eu lieu et une entente a été conclue afin de modifier le contrant initial. Interrogé à savoir si la présence d’un pilote québécois en F1 forcera Ecclestone à maintenir le Grand Prix du Canada au calendrier en 2017, Dumontier n’a pu s’empêcher de s’esclaffer.

«Je ne peux dévoiler la teneur des discussions que nous avons en ce moment, mais c’est une belle coïncidence (l’embauche de Lance), a-t-il admis. L’annonce a été faite pendant que nous entretenons ce genre de discussions-là, mais je demeure optimiste et dans les prochains jours — sinon dans un avenir très rapproché — je crois que l’astérisque va disparaître.»

Le calendrier final pour la saison 2017 sera dévoilé le 30 novembre. D’ici là, les billets pour le Grand Prix du Canada devraient être mis en vente, foi de Dumontier.

«Ça n’a pas encore été annoncé, mais c’est quelque chose qui est éminent. Je n’ai pas de date précise, mais ce sera dans les prochains jours», a-t-il évoqué.

Pour l’instant, le Grand Prix du Canada doit être présenté sur le circuit Gilles-Villeneuve le 11 juin 2017.

Aussi dans Sports :

blog comments powered by Disqus