PARIS — Novak Djokovic a subi l’élimination en quarts de finale du Masters de Paris, ouvrant la voie à Andy Murray pour qu’il le devance au sommet de la hiérarchie mondiale.

Murray peut se hisser du deuxième au premier rang du classement de l’ATP pour une première fois s’il parvient à accéder à la finale. Le Britannique a besoin d’une autre victoire après avoir vaincu Tomas Berdych 7-6 (9), 7-5. Son adversaire en demi-finale sera le Canadien Milos Raonic, qui a défait Jo-Wilfried Tsonga 6-2, 7-6 (4).

Murray savait que Djokovic avait perdu quand il s’est présenté sur le terrain et a parfois paru hésitant contre Berdych. Il a effacé un retard de 6-1 lors du bris d’égalité et a eu besoin de quatre balles de match pour venir à bout du Tchèque.

«J’étais peut-être un peu plus nerveux avant le match que plus tôt cette semaine, a admis Murray. Mais une fois sur le terrain, c’était un match comme les autres.»

Djokovic, première tête de série, s’est incliné 6-4, 7-6 (2) aux dépens de Marin Cilic, sa première défaite en 15 confrontations aux mains de l’ancien champion des Internationaux des États-Unis.

Djokovic, triple champion en titre du tournoi qui était sur une séquence victorieuse de 17 matchs à Paris, n’était pas à son mieux. Il a commis des fautes directes inhabituelles en fond du court, a demandé l’intervention du médecin au premier set, a éprouvé des problèmes de régularité au service et a anéanti ses espoirs de remontée quand il a servi pour le deuxième set à 5-4, commettant deux doubles fautes et concédant le bris.

Il a toutefois refusé d’abdiquer jusqu’à la fin, sauvant deux balles de match au 12e jeu grâce à une belle volée du revers et à un coup droit en croisé victorieux, un rare moment où il a été égal au joueur que l’on connaît.

Mais Cilic, qui a totalisé neuf as, a très bien servi pour s’imposer au bris d’égalité.

«Je n’étais pas à mon meilleur niveau, a noté Djokovic. Malgré les circonstances, j’étais en position pour gagner le match en troisième manche, mais j’ai commis deux doubles fautes. Je n’ai pas été à la hauteur dans les moments importants. Il méritait la victoire.»

Djokovic a été dominant au cours de six dernières années, détenant le premier rang mondial pendant 122 semaines consécutives. Mais il a été inégal ces derniers mois et il n’a pas joué avec la confiance qu’il avait démontrée à Paris l’année dernière, lorsqu’il avait pris la mesure de Murray en finale.

Après avoir triomphé aux Internationaux de France pour la première fois de sa carrière en juin, il a perdu la forme. Il a subi la défaite en troisième ronde à Wimbledon face à l’Américain Sam Querrey et au premier tour du tournoi olympique aux mains de Juan Martin del Potro. Aux Internationaux des États-Unis, il a gagné le premier set de la finale, mais Stanislas Wawrinka s’est ressaisi pour s’imposer à ses dépens.

Cilic, qui s’est qualifié pour les Finales de l’ATP cette semaine, a rendez-vous avec l’Américain John Isner en demi-finales.

Isner a remporté de haute lutte un duel tout-américain contre Jack Sock 7-6 (6), 4-6, 6-4 après avoir piqué une grosse colère.

S’il atteint la finale, Murray, qui a passé 76 semaines au deuxième rang mondial, deviendra le 26e joueur à atteindre le premier échelon depuis la création du classement en 1973.

«Il le mérite pleinement, a dit Djokovic. Je respecte énormément tout ce qu’il a accompli. Nous nous connaissons depuis très, très longtemps. Je pense que nous étions âgés de 11 ans lors de notre premier duel. Et il a vraiment atteint un autre niveau au cours de la dernière année.»

Âgé de 29 ans, Murray pourrait devenir le joueur le plus âgé à devenir no 1 mondial pour une première fois depuis John Newcombe à 30 ans en 1974.

«Ça prend 12 mois de travail pour devenir no 1 au monde, a rappelé Murray. Il faut être constant. Je n’ai jamais fait ça au cours de ma carrière. J’ai connu des bonnes séquences de quelques mois, mais il y avait toujours un creux de vague. Je me suis placé dans une position pour devenir plus constant et je suis content de voir les résultats.»

Aussi dans Sports :

blog comments powered by Disqus