Ryan Remiorz Ryan Remiorz / La Presse Canadienne

BROSSARD, Qc — Michel Therrien s’est servi du passage dans le vestiaire de l’équipe, samedi, d’un jeune garçon souffrant d’un cancer et d’une sortie dominicale à l’épicerie pour remettre les récentes performances de son équipe en perspective.

De très bonne humeur et avec une verve peu coutumière, l’entraîneur-chef du Canadien a tenu à rappeler que son équipe n’avait subi qu’une seule défaite en temps réglementaire en 12 rencontres jusqu’à maintenant.

Essentiellement, sa réponse à une question sur son degré d’inquiétude face aux revirements accordés par ses joueurs lors des derniers matchs a duré environ trois minutes.

«Quand vous dites inquiet, préoccupé… comment je pourrais expliquer ça, a-t-il d’abord réfléchi tout haut. Nous voulions avoir un bon début de saison, nous voulions avoir un bon camp d’entraînement. C’est une nouvelle saison qui commence, nous comptons de nouveaux joueurs. Nous avons eu un excellent camp d’entraînement, qui nous a permis d’avoir un bon début de saison. Si vous m’aviez dit, après 12 matchs, que notre équipe n’aurait subi qu’une seule défaite (en temps réglementaire)… Nous nous devons d’être satisfaits. Plus que satisfait.»

Et Therrien ne faisait que commencer son explication.

«Je me souviens l’année dernière, il y a eu une période au mois de décembre où nous avions 40, 42 tirs contre 20, 19, 17 et nous perdions 3 ou 4 à 1. Là, c’était la panique totale à travers la province. Cette année, nous avons un bon début. Dernièrement, nous accordons plus de tirs, mais ce sont des affaires qui vont se corriger. Inquiet? Non.»

Il n’avait toujours pas terminé.

«Je suis allé faire mon épicerie hier et les partisans sont tellement heureux de notre début de saison. Ils nous encouragent à continuer dans le même sens. Savez-vous ce qui m’inquiète? C’est le petit Simon que nous avons accueilli dans le vestiaire samedi et qui, après le match, a dû retourner à l’hôpital, et qui avait des traitements dimanche et encore des traitements lundi. Ça c’est inquiétant. Quand on a une défaite en 12 matchs, est-ce que je suis inquiet? Non. Je suis content. Je suis très, très, très content.»

Therrien a insisté sur un dernier point.

«Nous avons trouvé une manière de gagner un match (samedi) qui n’était pas facile. Nous avons joué la veille. Les gars ont fait les jeux nécessaires pour que l’on gagne ce match-là. Carey a effectué les arrêts-clé. Est-ce que nous avons des choses à travailler? Bien oui! Je ne dis pas que tout est parfait. Il n’y a pas un club qui est parfait. Inquiet? Préoccupé? On relaxe. Nous sommes au mois de novembre. Au début. C’est tout à fait normal. Je trouve que nous avons un pas pire début de saison.»

Avant-dernier échelon

Ce dernier constat de Therrien est clairement visible dans les statistiques les plus élémentaires. À ses cinq dernières sorties, le Canadien a accordé 189 tirs, une moyenne de 37,8 par match alors qu’il a été limité à seulement 25 par rencontre.

Et depuis le début du calendrier régulier, le Canadien en a donné 33,7 par match ce qui le place au 29e rang parmi les 30 formations du circuit Bettman, devant les Coyotes de l’Arizona (34,9).

«Il faut travailler sur la discipline. C’est quelque chose de facile à corriger. Nos unités spéciales doivent être meilleures que dernièrement et il faut jouer de façon plus serrée en défensive. Ça commence avec l’échec-avant, le jeu de position. Il faut améliorer certaines choses. Les tirs aux buts? Ça va venir.»

Le défenseur Nathan Beaulieu ne croit pas qu’il y a matière à s’inquiéter du nombre élevé de tirs concédés.

«Lors des deux ou trois dernières rencontres, nous n’avons pas été aussi efficaces, mais le plus important, c’est d’empêcher les bonnes occasions de marquer.»

Une décision difficile

Par ailleurs, contrairement aux deux principaux intéressés, Therrien a accepté de revenir sur sa décision de ne pas remplacer Al Montoya par Carey Price lors de la dégelée de 10-0, vendredi soir, à Columbus.

«C’était une ‘câline’ de décision ‘tough’ à prendre, et il n’y avait pas de bonne décision. Il n’y en avait pas. Ce n’est pas comme si l’équipe jouait dans deux jours. On jouait le lendemain. Nous n’avons même pas permis à Carey de sauter sur la glace pour l’entraînement optionnel (vendredi). Pour lui, c’était congé. Ç’a arrive parfois, qu’il n’y a pas de bonne décision. C’est malheureux.»

Devant les médias lundi après l’entraînement, Price a sèchement répondu — deux fois plutôt qu’une — qu’il ne reviendrait pas sur le sujet, puisque c’était du passé. Quant à Montoya, il n’a pas voulu rencontrer les journalistes.

Enfin, Therrien a confirmé que le nom de l’attaquant Artturi Lehkonen a été placé sur la liste des joueurs blessés. Il s’absentera au moins une semaine. Pour combler son absence, l’équipe a rappelé l’attaquant Sven Andrighetto en fin de journée.

Andrighetto, âgé de 23 ans, a marqué cinq buts et récolté six aides en 10 matchs avec les IceCaps de Saint-Jean dans la Ligue américaine.

Aussi dans Sports :

blog comments powered by Disqus