TORONTO — Le Toronto FC a souffert à court terme afin d’avoir des bénéfices à long terme, vendredi.

Les joueurs torontois, qui profitaient d’une cinquième journée de congé dans cette pause de 16 jours avant le match no 1 de la finale de l’Association Est contre l’Impact de Montréal, ont effectué quelques sprints au cours d’une matinée plutôt fraîche. Cet entraînement intense mettait la table pour un week-end de congé, au cours duquel certains d’entre eux se rendront à Columbus, en Ohio, afin de voir leurs coéquipiers Michael Bradley et Jozy Altidore représenter les États-Unis dans un match de qualification pour la Coupe du monde contre le Mexique.

Ces sprints étaient en quelque sorte la façon la plus rapide d’effectuer le travail nécessaire cette semaine, a expliqué l’entraîneur-chef Greg Vanney.

«Les gars n’aiment pas ce genre d’exercice, mais ils auront deux jours pour récupérer», a-t-il rappelé.

Une fois la séance complétée, les joueurs avaient l’air d’écoliers sur le point de quitter pour les vacances de Noël alors qu’ils sortaient du complexe d’entraînement du Toronto FC, situé dans le nord de Toronto.

Le TFC a disputé trois matchs éliminatoires en 11 jours, disposant de l’Union de Philadelphie 3-1 avant de malmener le New York City FC 7-0 dans la série aller-retour qui s’est conclue dimanche au Yankee Stadium.

La série finale de l’Association Est a été repoussée en raison de la pause des matchs internationaux. Vanney aurait préféré que ses joueurs continuent de jouer afin de garder le rythme, mais a dit comprendre les facteurs extérieurs.

«Les trois dernières semaines ont été très occupées, a convenu Vanney, qui portait une impressionnante barbe des éliminatoires. Ils doivent retrouver leur concentration, s’impliquer et de toute évidence être à la hauteur des attentes. Ils ont été très sollicités physiquement. Ce sont donc les deux premières journées de congé qu’ils auront depuis très longtemps.

«Nous les avons poussés un peu physiquement afin qu’ils aillent chercher le maximum lors de ces dernières journées d’entraînement. Mais nous voulons maintenant qu’ils récupèrent mentalement et physiquement, de façon à ce qu’ils soient frais lorsqu’ils reviendront au boulot la semaine prochaine.

«Nous n’avons pas parlé de l’adversaire cette semaine. Nous voulions seulement qu’ils gardent la forme, qu’ils soient en santé. Peu importe ce qu’ils ont besoin sur une base individuelle, c’est là-dessus que nous nous concentrons et nous porterons ensuite notre attention sur nos adversaires la semaine prochaine.»

L’intérêt pour cette finale d’association entièrement canadienne est palpable.

L’Impact a déjà vendu plus de 50 000 billets pour le match aller qui sera présenté au Stade olympique le 22 novembre. Et le Toronto FC s’attend à utiliser les 6500 sièges temporaires qui seront installés dans la portion sud du BMO Field pour le match de la Coupe Grey du 27 novembre pour le match retour contre l’Impact, le 30.

Ainsi la capacité du BMO Field devrait osciller entre 36 000 et 37 000 sièges, ce qui constituerait un record d’assistance pour le TFC.

Le duel Toronto-Montréal signifie qu’un club canadien participera à la MLS Cup pour la première fois de l’histoire, contre le vainqueur de la finale de l’Association Ouest entre les Rapids du Colorado et les Sounders de Seattle.

Une haine viscérale

Il n’y a rien de tel qu’un affrontement éliminatoire dont l’enjeu sera un laissez-passer pour la MLS Cup pour rehausser la rivalité entre l’Impact et le TFC.

«C’est Montréal-Toronto, donc je crois que la haine est viscérale, a expliqué le gardien de l’Impact Evan Bush vendredi. Tu n’as pas à les affronter six fois pour comprendre.

«Nous croisons leur chemin très souvent, que ce soit en saison régulière, en championnat canadien et maintenant en séries éliminatoires, mais nous n’aurions pu souhaiter mieux. Tu veux participer à de gros matchs entre villes rivales. Peu importe ce que les gens disent, ce sera très différent sachant que nous affronterons le Toronto FC en finale d’association, et non Columbus, New York ou une autre équipe du genre.»

La rivalité a grimpé d’un cran l’an dernier lorsque le Toronto FC a participé aux séries éliminatoires pour la première fois en neuf saisons d’existence en MLS, avant d’être humilié 3-0 lors du match de barrage à Montréal. Ce fut un coup dur que les joueurs du TFC n’ont pas oublié.

«Ç’a été très difficile à avaler», a admis le milieu de terrain du TFC Benoît Cheyrou plus tôt cette semaine.

Toronto présente une fiche de 2-1-2 cette saison contre Montréal, incluant la victoire de 4-2 au total des buts en Championnat canadien Amway en juin.

Vendredi, le milieu de terrain étoile Ignacio Piatti était absent de l’entraînement pour des motifs personnels. Le milieu de terrain Hernan Bernardello récupère toujours d’une blessure au mollet gauche, mais l’entraîneur-adjoint Jason Di Tullio a confié que l’Argentin sera de retour à 100 pour cent dès la semaine prochaine.

Aussi dans Sports :

blog comments powered by Disqus