MONTRÉAL — Pendant que Anthony Mantha aura la chance de se faire valoir devant sa famille et ses proches samedi soir, Xavier Ouellet devra regarder ses coéquipiers des hauteurs du Centre Bell.

À sa quatrième saison avec les Red Wings de Detroit, le défenseur de 23 ans a participé à seulement six matchs et n’a pas revêtu l’uniforme depuis le 2 novembre à Philadelphie. Samedi soir, il sera à l’écart de la formation pour un cinquième match d’affilée.

«On a gagné nos deux derniers matchs, l’équipe compte huit défenseurs et personne n’est blessé, a expliqué le défenseur originaire de Bayonne, en France. Je n’ai aucun contrôle sur les décisions de l’entraîneur. C’est sûr que j’aurais aimé pouvoir jouer mon premier match ici, mais ça va venir.»

Comme tout membre d’une équipe sportive, Ouellet voudrait sentir qu’il apporte une contribution tangible aux succès de sa formation.

«Ce n’est pas facile. Je pense que tous les joueurs de hockey veulent jouer, ils veulent être dans l’alignement, trouver un moyen d’aider l’équipe, de produire, de bloquer des tirs et faire tous les sacrifices que les autres font. J’aimerais ça, c’est sûr. Je vais continuer de travailler, je suis encore jeune. Je vais faire ce que j’ai à faire en essayant d’intégrer la formation et trouver un moyen d’y rester.»

Il est peut-être aussi un peu victime des coutumes des Red Wings avec leurs plus jeunes joueurs, et aussi du fait que l’équipe risquerait de le perdre au ballotage si elle voulait lui donner l’occasion de jouer plus régulièrement dans la Ligue américaine.

«Ça fait partie de la réalité de la Ligue nationale et de la profondeur de l’équipe aussi. Encore une fois, je n’ai aucun contrôle là-dessus, ça fait à peu près trois ans que je dis ça. Je peux seulement travailler aussi fort que possible et jouer aussi bien que possible quand je suis dans l’alignement. La patience n’est pas ma plus grande qualité, mais je suis quelqu’un de vraiment persévérant.»

Aussi dans Sports :

blog comments powered by Disqus