SAINT-PÉTERSBOURG, Russie — Un stade de St. Petersburg qui accueillera la demi-finale de la Coupe du monde de 2018 a été accusé de ne pas respecter les normes de la Russie sur la qualité de l’air.

Le site de construction pour l’amphithéâtre de 69 000 places, situé en pleine ville, affichait des taux de formaldéhyde et d’ammoniac dans l’air plus élevés que les normes permises lors d’une évaluation en octobre, selon un rapport de l’agence d’inspection de la santé de la Russie.

Le rapport, publié par le site internet Fontanka, n’a pu être vérifié indépendamment par l’Associated Press.

La compagnie responsable de superviser la construction, Metrostroy, n’a pas nié les allégations de Fontanka, mais a jeté le blâme sur l’entrepreneur précédent. Elle a ajouté que les tests avaient été effectués durant la construction et qu’il ne s’agissait pas des mesures qui seront observables lorsque le stade ouvrira ses portes, le mois prochain.

Aussi dans Sports :

blog comments powered by Disqus