Alexander Zemlianichenko Alexander Zemlianichenko / The Associated Press

GLASGOW, Royaume-Uni — Le sport en Russie est loin de convaincre le reste du monde qu’il a fait le ménage dans ses politiques antidopage.

C’est ce qu’a déclaré l’Agence mondiale antidopage, dimanche, pointant du doigt le scandale généralisé de dopage de la nation, son blocage constant à propos des tests ainsi que sa série de cyberattaques.

«Ce serait mieux s’ils regrettaient un peu plus», a fait valoir le président de l’AMA, Craig Reedie, après avoir été réélu pour un deuxième terme de trois ans.

La Russie tente de réintégrer l’AMA, un an après avoir été déclarée non conforme au code antidopage, à la suite de la publication d’un rapport détaillant la tricherie répandue en athlétisme.

De nouvelles preuves de dissimulation de dopage ont été révélées par les enquêteurs avant les Jeux olympiques de Rio de Janeiro, bien que la recommandation de l’AMA d’interdire l’équipe olympique russe ait été rejetée par le CIO.

L’intégrité de la Russie sera de nouveau remise en question lorsque le professeur canadien de droit Richard McLaren publiera son rapport final concernant le dopage aux Jeux d’hiver, le 9 décembre.

Reedie a affirmé que la Russie devait encore prouver «au reste du monde qu’elle a changé ses politiques antidopage et que ça ne se reproduira plus».

Lors de la réunion du conseil de l’AMA, dimanche, de virulentes critiques publiques ont été faites devant le président de la Russie, Vladimir Poutine, et Vitaly Smirnov, l’ancien ministre des Sports qui dirige maintenant la commission antidopage soutenue par l’État russe.

«La Russie n’a jamais eu un système de dopage parrainé par l’État», a répondu Smirnov.

Vitaly Mutko, qui a récemment été promu de ministre des Sports à vice-premier ministre, n’a pu assister aux Jeux de Rio après avoir été accusé par McLaren d’avoir ordonné la dissimulation d’un test positif d’un joueur de soccer étranger.

Mutko avait stipulé que le rapport de McLaren était «falsifié» et qu’il menaçait de poursuivre ceux qui aideraient les enquêteurs.

De plus, les cyberattaques sur les bases de données de l’AMA, que l’agence attribue aux groupes d’espionnage de la Russie, semblent avoir pour effet de susciter des doutes sur l’intégrité des vedettes sportives des pays occidentaux.

Des dossiers «d’exemptions d’usage à des fins thérapeutiques», qui permettent aux athlètes d’utiliser des produits autrement interdits en raison d’un besoin médical vérifié, avaient été divulgués par un groupe de piratage appelé Fancy Bears.

«Cela ne rend pas plus facile l’acceptation internationale des progrès russes si cela se poursuit», a ajouté Reedie, à propos de ces attaques.

Aussi dans Sports :

blog comments powered by Disqus