MÉXICO — En plus de devoir négocier avec des lasers verts pointés dans les yeux de Brock Osweiler et l’altitude au cours de leur duel présenté à Mexico, les Texans de Houston croient que quelques décisions des officiels au quatrième quart ont pu faire la différence dans leur revers de lundi.

Derek Carr a lancé sa deuxième passe de touché de la quatrième période peu de temps après que sa défense eut stoppé l’attaque des Texans sur un quatrième essai très contesté pour mener les Raiders d’Oakland à une victoire de 27-20 lors de ce deuxième match de saison régulière disputé dans la capitale mexicaine.

«C’est une défaite très amère, a déclaré l’ailier défensif Jadeveon Clowney. Nous aurions dû gagner ce match. Nous tentons de remporter toutes nos rencontres. Nous ne devons pas laisser le sort du match entre les mains des officiels.»

Le point tournant est survenu à mi-chemin du quatrième quart, alors que les Texans (6-4) ont vu leur série se terminer par quelques pouces seulement. Sur un troisième essai et deux verges à franchir de la ligne de 16 des Raiders (8-2), Lamar Miller a porté le ballon vers l’extérieur et semblait avoir gagné le premier essai avant d’avoir été plaqué par Malcolm Smith. Mais les officiels ont placé le ballon à quelques pouces de l’objectif et l’entraîneur-chef Bill O’Brien a décidé de ne pas contester cette décision.

O’Brien a plutôt tenté le tout pour le tout sur un quatrième et des poussières au lieu de prendre les devants à l’aide d’un court placement. Akeem Hunt a porté le ballon au milieu de la ligne de mêlée et les Texans croyaient avoir réussi, mais de nouveau, les officiels ont placé le ballon à un pouce de la distance. O’Brien a cette fois contesté, mais aucun angle de caméra n’a permis hors de tout doute de renverser la décision.

«Je croyais que nous avions alors besoin d’un touché et ça s’est avéré le cas, a dit O’Brien. Nous avons donc tenté le tout pour le tout. Je croyais que nous avions réussi. Ça semblait clair et j’ai contesté le positionnement du ballon. Ils ont dit que la décision était maintenue. Allez savoir.»

Cinq jeux plus tard, Carr a rejoint Amari Cooper sur 35 verges pour donner une avance de 27-20 aux Raiders, qui ont signé un quatrième gain d’affilée.

Les Texans ont aussi vu une autre décision serrée appelée contre eux au premier quart quand DeAndre Hopkins a capté une courte passe d’Osweiler avant de rejoindre la zone des buts. Mais les officiels ont jugé qu’il était sorti du terrain à la ligne de 36 des Raiders après un gain de 24 verges. Les Texans n’ont pas été en mesure de contester le jeu et se sont contentés d’un placement sur cette séquence.

«Je pense qu’on doit regarder tout cela. On a toutes ces caméras et on ne peut pas trouver le bon angle?, s’est questionné O’Brien. Je ne croyais pas que Hopkins était sorti en touche, mais le jeu a été sifflé et je n’ai pas pu le contester.»

Si ces décisions contestées ont pu avoir un impact, le laser vert qui n’a pas cessé d’être pointé vers les yeux d’Osweiler au stade Azteca a peut-être été l’élément le plus troublant de ce match festif.

«Je ne veux jamais dire qu’un élément a fait la différence, mais d’avoir constamment un laser pointé dans vos yeux change la façon dont vous jouez le match», a laissé tomber Osweiler.

Les partisans mexicains ont souvent utilisé des lasers pour distraire les joueurs adverses pendant les matchs de qualification de la Coupe du monde. Les joueurs de football ont été surpris de leur utilisation.

«Oui, c’était plutôt bizarre, a déclaré l’ailier défensif Khalil Mack. Quand j’ai vu ça, je croyais que c’était un épisode de La Quatrième Dimension.»

Bien que la surface de jeu a semblé glissante par moment et que l’altitude ait eu une incidence sur la rencontre, le premier match disputé à Mexico depuis 2005 a été couronné de succès.

La plupart des 76 743 spectateurs étaient des partisans des Raiders, mais il y avait aussi un fort contingent du Texas, en plus de plusieurs partisans «neutres» portant le chandail d’autres formations de la NFL.

«La Raider Nation s’est présentée ce soir, a lancé l’entraîneur-chef Jack Del Rio. Je veux saluer les partisans qui étaient là. L’atmosphère était fantastique pour un match de football.»

Quelques chants homophobes ont toutefois été entendus lors des bottés d’envois, comme ceux entendus lors des coups de pied de but au soccer. La Fédération mexicaine de football a d’ailleurs été sanctionnée par la FIFA dans le passée pour ces chants.

Les joueurs des deux équipes ont par contre indiqué qu’ils étaient favorables à la tenue d’autres matchs à Mexico.

«C’était fabuleux, a dit Clowney. Tout ce que la NFL a organisé a été super. La plupart de nos partisans sont hispaniques, alors pourquoi ne pas rapprocher notre sport?»

Aussi dans Sports :

blog comments powered by Disqus