OTTAWA — Le Rouge et Noir croit que sa défaite subie l’an dernier en finale de la Coupe Grey lui servira, alors que la formation d’Ottawa tentera d’obtenir un résultat différent face aux Stampeders de Calgary, dimanche.

À sa deuxième participation consécutive à la grande finale, le Rouge et Noir veut faire oublier son revers de 26-20 aux mains des Eskimos d’Edmonton qui, pour plusieurs, a laissé des traces.

De vaincre les Eskimos 35-23 en finale de l’Est a été le premier pas vers la guérison, mais le Rouge et Noir a encore de la besogne à abattre.

«Cette année, c’est un peu différent, puisque nous comprenons l’ampleur de l’objectif final, a déclaré le receveur Brad Sinopoli. Aussi satisfaisante a été notre victoire de la semaine dernière, nous avons de plus grands accomplissements en tête. Disons seulement que nous sommes concentrés. Nous sommes excités, mais très concentrés.»

Les activités entourant la Coupe Grey peuvent être très prenantes pour certains joueurs et Sinopoli a dit qu’il était important de garder les choses en perspectives.

«De passer au travers cette semaine vous demande beaucoup quand vous ne savez pas à quoi vous attendre, a-t-il expliqué. Nous sommes davantange scrutés et certains joueurs ont tendance à trop songer à cette semaine et au match. Il y a beaucoup de distractions et il faut se rappeler qu’au final, il ne s’agit que d’un match de football.»

Les joueurs ne sont pas les seuls à avoir profité de l’expérience vécue l’an dernier.

«C’est certain que ça aide de l’avoir vécu une première fois, a admis l’entraîneur-chef Rick Campbell. J’ai un meilleur plan de match, que ce soit au niveau football, mais également en ce qui a trait à mes engagements dans la semaine précédant la rencontre.»

D’affronter les Stampeders représentera tout un défi pour le Rouge et Noir. La formation de l’Alberta a terminé la saison avec une fiche de 15-2-1 et a massacré les Lions de la Colombie-Britannique 42-15 en finale de l’Ouest. Les Stamps sont les grands favoris et le Rouge et Noir n’a aucun problème avec ça.

«Nous méritons d’être les négligés et ils méritent d’être les favoris, a noté Campbell. Nous savons par contre que lorsque nous jouons du bon football, nous pouvons affronter n’importe quelle équipe. Nous allons nous présenter sous notre meilleur jour et tenter de contrôler ce que nous pouvons contrôler. Si nous limitons les revirements et les pénalités, nous croyons être en mesure de livrer bataille à toutes les équipes.»

Ça a été une difficile saison pour le club d’Ottawa, minée par les blessures, une controverse chez les quarts et une quête sans fin de constance. Au bout du compte, l’équipe a trouvé une façon de gagner quand peu de gens leur accordaient la moindre chance.

Sinopoli a résumé tout cela en un mot: résilience.

«Notre fiche n’a pas été très bonne cette saison, a-t-il rappelé. Toute l’année, on nous a dit que l’Est n’était pas assez bonne et que nous n’étions pas assez bons. Rien de tout cela ne compte maintenant. Nous avons dû disputer une difficile rencontre dans des conditions exécrables en finale de l’Est pour nous rendre où nous sommes aujourd’hui. Nous avons maintenu le cap tout au long de la saison. Nous savions que tout ce dont nous avions besoin, c’est d’une occasion et maintenant nous sommes là.»

Aussi dans Sports :

blog comments powered by Disqus