ABU DHABI, Émirats arabes unis — Ça paraît simple pour Nico Rosberg: un top trois aux Émirats et le titre de la Formule Un est à lui.

L’Allemand est en bonne position avec 12 points d’avance sur Lewis Hamilton, son coéquipier chez Mercedes.

Même si l’Anglais s’imposait, une troisième place suffirait pour donner le championnat des pilotes à Rosberg.

«J’espère que les amateurs auront un bon spectacle pour terminer l’année», a dit Rosberg, qui veut empêcher Hamilton de mettre la main sur un troisième titre de suite.

Rosberg a conclu 2014 et 2015 en deuxième place au classement, mais les chances le favorisent en ce moment.

Si Hamilton finit la course deuxième, Rosberg n’a qu’a terminer sixième. Si Hamilton arrive troisième, Rosberg serait couronné avec une huitième position.

Si Hamilton termine au pied du podium, Rosberg deviendrait le champion, peu importe son résultat de la journée.

«Ils ont été exceptionnels. L’un ou l’autre serait un champion digne de ce nom, mentionne le directeur exécutif chez Mercedes, Toto Wolff. Après une telle bataille d’endurance, le gagnant pourra assurément dire qu’il l’a mérité.»

Tous deux ont prévalu neuf fois en 2016. Hamilton est resté dans la course en triomphant aux États-Unis, au Mexique et au Brésil, ces derniers temps.

Rosberg pourrait lever le pied un tant soit peu, sachant que son bolide est amplement assez rapide pour un podium. On l’a vu dans le top trois 15 fois sur 20 cette saison, incluant les huit dernières courses.

Il y a quand même un facteur notable qui pourrait le motiver à se donner à fond, plutôt que d’être juste prudent.

La quatrième place du championnat fait l’objet d’une lutte entre Sebastian Vettel de Ferrari et Max Verstappen de Red Bull.

Vettel, un quadruple champion, a seulement cinq points d’avance sur le jeune Verstappen, qui n’a pas la meilleure relation avec le vétéran Vettel.

Si Rosberg protège sa troisième place au lieu de pourchasser Hamilton, il pourrait entraver un duel potentiel entre Vettel et Verstappen, qui s’est retrouvé dans des collisions impliquant Vettel mais aussi l’autre pilote de Ferrari, Kimi Raikkonen.

«Une petite erreur dans l’un des nombreux virages peut vous gâcher un tour», a résumé Verstappen au sujet du tracé de cinq km et demi, à Abu Dhabi.

Aussi dans Sports :

blog comments powered by Disqus