Lionel Cironneau Lionel Cironneau / The Associated Press

PARIS — Une affaire de dissimulation de dopage baptisée «projet protection totale» a permis de couvrir des médaillés russes aux Jeux olympiques de Londres en 2012, leur permettant d’y participer alors qu’ils auraient dû être sous le coup d’une suspension, selon des courriels saisis par les procureurs français.

Ces courriels publiés vendredi par le quotidien français Le Monde et le télédiffuseur allemand ARD suggèrent que l’ampleur des actes répréhensibles impliquant des athlètes russes et des dirigeants alors membres de la Fédération internationale d’athlétisme (l’IAAF), pourrait avoir été plus vaste qu’on ne le croyait jusqu’alors.

Dans un message de juillet 2014, que ARD a publié sur son site web, l’ancien responsable de la fédération russe d’athlétisme, Valentin Balakhnichev, a qualifié de «chantage cynique et cruel» les dirigeants de l’IAAF et a menacé de tout révéler. Agir de la sorte serait «une énorme tache noire» sur l’IAAF et détruirait des carrières, a averti Balakhnichev dans son courriel.

«Nous ne demeurerons pas silencieux. Ce n’est pas nous qui avons initié ce jeu. C’était le projet de l’IAAF et l’IAAF sera la principale victime du scandale à venir», lit-on dans le courriel publié par ARD.

«Nous avons suffisamment de preuves pour prouver les activités criminelles des membres de l’IAAF», a-t-il ajouté.

Une autre lettre qui aurait été écrite par Balakhnichev en juin 2014 alléguait que les représentants de l’IAAF avaient inventé le nom de «protection totale» pour ce dispositif de dissimulation, a rapporté Le Monde.

«Nous pensons que la seule façon d’éviter un énorme scandale à propos de la dissimulation de nombreuses violations antidopage, impliquant de nombreux membres de l’IAAF, c’est de continuer à garder la situation ‘sous la table’, comme cela a été le cas toutes ces années» précisait la lettre selon les citations du journal Le Monde .

Balakhnichev, qui a été exclu du sport à vie pour son rôle dans l’extorsion de la marathonienne russe Liliya Shobukhova, a déclaré qu’il ne pouvait pas commenter l’affaire lorsque contacté par l’Associated Press.

Le Monde a révélé que les courriels ont été saisis à la résidence de la région de Paris de l’avocat Habib Cissé, qui était le conseiller juridique du président d’alors de l’IAFF Lamine Diack. Celui-ci est actuellement sous enquête en France pour des accusations de blanchiment d’argent et de corruption liées à des dissimulations de dopage. Cissé est également sous enquête, soupçonné d’avoir reçu des paiements.

Le quotidien français a rapporté qu’un autre message saisi laisse entendre que l’un des fils de Diack, l’ancien consultant en marketing de l’IAAF, Papa Massata Diack, avait demandé entre 300 000 (430 000 $ CAN) et 700 000 euros (1 million $) pour couvrir les cas impliquant cinq athlètes russes, à l’exception de Shobukhova.

Papa Massata Diack, qui vit au Sénégal, est recherché en France pour être interrogé et fait l’objet d’une demande d’arrestation d’Interpol.

Aussi dans Sports :

blog comments powered by Disqus