SAN JOSE, Calif. — Voici cinq moments marquants du match de vendredi soir entre le Canadien de Montréal et les Sharks de San Jose.

Les «8» unissent leurs forces

Après de bonnes présences des deux premiers trios dépêchés par l’entraîneur-chef Michel Therrien en début de match, le Canadien a rapidement senti la pression des imposants attaquants des Sharks. Cette pression a mené à une pénalité mineure à l’endroit de Mark Barberio, puis au premier but du match, celui du défenseur Brent Burns moins d’une minute après le début de l’avantage numérique. Le 88 des Sharks a battu Carey Price à l’aide d’un tir sur réception décoché du cercle gauche de mise en jeu après avoir reçu une passe en diagonale du numéro 8, Joe Pavelski. Pour Burns, il s’agissait d’un dixième but cette saison, un total qui surpasse la production de tout joueur du Canadien.

Jones s’impose devant Flynn

À son premier match depuis le 10 novembre, Brian Flynn a profité d’une excellente chance de marquer vers la fin de la première période. L’attaquant du Canadien est parvenu à se glisser derrière les défenseurs des Sharks et s’est présenté devant Martin Jones après avoir reçu la passe de Phillip Danault, mais le gardien des Sharks lui a fermé la porte.

Thornton et Pavelski frappent de nouveau

Le Canadien a commis 13 revirements pendant la première période comparativement à seulement cinq pour les Sharks. Et l’un d’eux a fait mal à la troupe de Michel Therrien. Avec environ une minute à écouler au premier vingt, Alex Galchenyuk a tenté une passe à l’intérieur de la zone adverse, mais la rondelle a frappé le patin d’Alexander Radulov avant de rapidement glisser jusque dans le territoire du Canadien. Joe Thornton et Joe Pavelski en ont profité pour se diriger seuls vers Carey Price, et ce dernier est parvenu à loger la rondelle par-dessus le bras du Canadien juste avant que le défenseur Andrei Markov ne complète son repli défensif.

Le Canadien sort en lions

Malgré le fait qu’ils aient concédé un but durant la dernière minute de jeu de la première période, ce sont les joueurs du Canadien qui ont donné le rythme au début de la période médiane, un rythme qu’ils ont su maintenir pendant toute la durée de l’engagement. Les Sharks ont été embouteillés et ont dû patienter pendant plus de sept minutes avant d’obtenir un premier tir vers Carey Price en deuxième. Pendant ce temps, Martin Jones est demeuré intraitable. Il s’est particulièrement distingué devant Brendan Gallagher devant lequel il a résisté sur des tentatives successives, à courte distance. Gallagher a d’ailleurs été le joueur le plus menaçant du Canadien pendant les deux premières périodes, avec cinq tirs en direction de Jones.

Une blessure qui a inquiété

Le Canadien a vécu des moments inquiétants avec un peu plus de quatre minutes à écouler à la troisième période lorsque Alexander Radulov a été atteint au-dessus de l’oeil droit par un coup de bâton accidentel de Logan Couture. Saignant abondamment, Radulov a été escorté au vestiaire par le soigneur Graham Rynbend et Couture a écopé une double mineure. Il a finalement eu plus de peur que de mal, alors qu’il a été coupé au-dessus de l’oeil droit.

Le Canadien garde espoir

Après avoir été tenu en échec pendant les deux premières minutes de l’avantage numérique, le Canadien est parvenu à s’inscrire à la marque grâce au troisième but de la saison d’Artturi Lehkonen alors qu’il restait 1:17 au temps réglementaire. Posté dans l’enclave, Lehkonen a pivoté sur lui-même et dirigé un tir qui s’est faufilé entre les jambières de Martin Jones. Mais ce fut trop peu tard pour la troupe montréalaise, qui subissait ainsi un 10e revers consécutif dans le domicile des Sharks.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!