The Associated Press Simone Biles

Simone Biles a essayé de considérer les Jeux olympiques d’été de 2016 comme s’il s’agissait d’une autre rencontre de gymnastique ordinaire. Même si la tribune et les enjeux étaient différents.

Et la gymnaste de 19 ans au sourire éclatant et à l’immense talent est demeurée la meilleure au monde. Peut-être la meilleure de tous les temps.

Pendant une période de 10 jours au mois d’août, la plus importante compétition de sa vie s’est terminée comme à peu près toutes les autres lors des quatre années précédentes: Biles debout sur la plus haute marche du podium, une médaille d’or autour du cou.

Son parcours incroyable à Rio de Janeiro — où elle a égalé le record de quatre médailles d’or en plus d’une médaille de bronze avec la puissante équipe américaine — en a fait une célébrité et rendu son nom de famille superflu. Et elle a ajouté un autre honneur à son palmarès, lundi, lorsqu’elle a remporté le titre d’athlète féminine de l’année de Associated Press.

Au scrutin mené auprès des rédacteurs en chef et directeurs de nouvelles aux États-Unis, Biles a reçu 31 votes sur une possibilité de 59. La nageuse olympique américaine Katie Ledecky, qui a remporté quatre médailles d’or et une médaille d’argent à Rio, a terminé deuxième avec 20 votes. Serena Williams, victorieuse à Wimbledon pour la septième fois pour égaler le record de 22 titres majeurs de Steffi Graf, et Breanna Stewart, triple basketteuse de l’année dans la NCAA, ont fini à égalité au troisième rang avec quatre votes chacune.

Associated Press dévoilera son athlète masculin de l’année mardi.

Biles est devenue la cinquième gymnaste à remporter l’honneur, imitant Olga Korbut en 1972, Nadia Comaneci en 1976, Mary Lou Retton en 1984 et Gabby Douglas en 2012.

Aussi dans Sports :

blog comments powered by Disqus