COLUMBUS, Ohio — Après une saison où ils ont fini avant-derniers dans l’Est, les Blue Jackets y dominent grâce à une campagne exceptionnelle.

Mardi soir, ils ont signé une 13e victoire de suite en l’emportant 4-3 contre Boston.

Ce qui les propulsent, c’est un alignement où figurent peu de vedettes, mais beaucoup de joueurs qui amènent une contribution importante.

Mardi, le capitaine Nick Foligno a enfilé le but décisif à mi-chemin au troisième vingt.

Vendredi, Sergei Bobrovsky a bloqué 36 tirs et Columbus a défait le CH, 2-1. La veille, un tour du chapeau de Scott Hartnell a guidé les Blue Jackets vers un gain de 7-1 contre les Penguins, les champions en titre de la coupe Stanley.

Les Jackets n’ont jamais aussi bien débuté une saison (24-5-4). Ils ont aussi le meilleur différentiel buts pour / buts contre de la ligue, à plus 46.

Le groupe de John Tortorella est dans la course pour mériter un premier championnat de section – ce qui est déjà impressionnant, car le personnel est à peu près le même que la saison dernière.

Qu’est-ce qui a changé, dans ce cas?

«L’approche mentale, dit Tortorella, qui a remplacé Todd Richards en octobre 2015, après que l’équipe ait perdu les sept premiers matches de cette campagne. Nous sommes beaucoup mieux équipés à ce niveau-là… composer avec les situations, comprendre ce que ça veut dire d’être un professionnel. Nous sommes plus à notre affaire.»

«L’enthousiasme, ajoute l’ailier gauche Brandon Saad, troisième pointeur des siens, avec 13 buts et 16 passes. Quand vous gagnez, tout le monde est dans un état d’esprit positif et confiant. Et nous jouons bien en équipe. La saison dernière, ce n’était pas aussi plaisant d’arriver à l’aréna.»

Foligno est à nouveau productif avec 28 points déjà, lui qui a été limité à 37 points en 2015-16. En 2014-15, il a dominé les Blue Jackets avec 73 points, dont 31 buts.

«Ce qui aide le plus, c’est ce que nous avons défini qui nous sommes, dit Foligno. Ça nous manquait et c’est crucial pour avoir du succès. Nous avons de la profondeur, une bonne défense et de la vitesse, en plus de compter sur d’excellents gardiens. Nous croyons vraiment en nos chances ces temps-ci.»

Le défenseur Zach Werenski affiche le type de maturité qu’on ne soupçonne pas chez un athlète de 19 ans. Il mûrit aux côtés de son acolyte de 22 ans Seth Jones, lui aussi un passeur de premier plan.

Le centre Sam Gagner se révèle une aubaine, les Blue Jackets l’ayant embauché pour 650 000 $ pour la saison en cours, au mois d’août. Il a déjà inscrit 14 buts après une récolte de huit en 53 matches la saison dernière, avec les Flyers.

«Ça aide de faire partie d’une équipe gagnante, dit Gagner. Quand on connaît son rôle et ce qu’on attend de vous, c’est motivant. Ç’a l’est encore plus quand il y a de bonnes chances de remporter le match. Je me plais bien avec cette équipe-là.»

Aussi dans Sports :

blog comments powered by Disqus