Mike McCarn Mike McCarn / The Associated Press

CHARLOTTE, N.C. — Cam Newton est un géant au coeur tendre, surtout en ce qui concerne les enfants.

Cette semaine, le quart des Panthers a rendu visite à un garçon de 10 ans qui a une sévère condition cardiaque. Il a reçu en retour une accolade qui n’a pas de prix.

Mardi, Newton s’est rendu dans un hôpital pour enfants d’Atlanta pour rendre visite à Taylor Austin Deckard. Ce dernier portait le chandail numéro 2 qu’avait Newton avec les Tigers de l’université Auburn, dans la NCAA.

Quand Newton arrive et lui demande comment ça va, Taylor, d’abord bien surpris, sort vite de son lit pour aller chaudement enlacer la vedette de la Caroline.

Visiblement ému pendant la longue accolade, Newton lui dit «Je sens ton coeur. Il va à une tonne de milles à l’heure.»

Newton a relaté le moment en conférence de presse hebdomadaire, mercredi. Il ne savait pas à quoi s’attendre en arrivant dans la chambre du jeune garçon.

«J’avais lu beaucoup de choses sur lui et ce qui lui plaît. C’est de la façon dont il m’a pris dans ses bras. Le genre de contact d’un parent, a dit Newton, qui est lui-même papa d’un garçon, depuis décembre 2015. On ne peut pas vraiment l’expliquer. J’étais simplement là pour le réconforter. C’est arrivé naturellement.»

La touchante visite a été filmée et affichée sur le compte Twitter des Tigers.

Newton décrit Taylor comme étant plein de joie et d’énergie, ce qui le rend triste de savoir qu’il doit composer avec un problème cardiaque.

Le quart a été renversé par la force que dégagent ses parents.

«Son père a une force qui combat tout instant de faiblesse, a dit Newton. Il trouve toujours les bons mots et a tout le réconfort du monde à donner. Et sa mère est tout aussi forte… ils sont là pour lui, tout simplement. C’est inspirant, parce que je suis parent moi aussi. Quand Taylor a jeté un coup d’oeil à ses parents, il savait que tout allait être correct.»

Newton s’implique souvent auprès des enfants par l’entremise de sa fondation, établie en 2011.

«Je retourne souvent à Atlanta, dit Newton. Je vois des jeunes qui s’amusent dans les mêmes parcs que moi, quand j’étais petit. Ils vont aux mêmes magasins et dans les mêmes écoles. Les enfants, ça me touche. L’influence que je peux avoir, j’essaie de la mettre à profit d’une façon positive.»

Aussi dans Sports :

blog comments powered by Disqus