AP

NASHVILLE — En prenant la direction de Nashville le 29 juin dernier, il aurait été étonnant que P.K. Subban se retrouve dans une ville qui ne vit que du hockey comme c’est le cas à Montréal. Pourtant, le charismatique défenseur a maintes fois assuré, mardi, évoluer devant des fans qui raffolent également de hockey.

«Nashville est un marché de hockey, a-t-il affirmé lors d’un point de presse d’une quinzaine de minutes. Je m’attendais à un grand changement par rapport aux fans à Montréal, mais les amateurs sont très passionnés ici. La différence, c’est que Nashville est davantage une ville axée sur le divertissement et les gens sont habitués de voir des artistes et des célébrités. C’est peut-être pour cela qu’ils ne sont pas aussi démonstratifs que les amateurs de Montréal, qui vont vous aborder dans la rue ou pendant que vous prenez un repas. Mais les fans sont passionnés ici, a-t-il répété, et c’est ce qui rend l’expérience de jouer ici si excitante. Nous avons appris que nos 41 matchs locaux vont se jouer à guichets fermés, et c’est quelque chose de fantastique.»

Lundi, le directeur général des Predators, David Poile, avait d’ailleurs loué tout le travail que fait Subban pour promouvoir le hockey dans la région de Nashville. Mis au courant des propos de Poile, Subban a déclaré qu’il ne faisait rien de différent.

Il faut toutefois croire que sa popularité demeure aussi grande, même dans un marché où le hockey n’occupe pas la même importance. Subban a officiellement été nommé capitaine de la section Centrale en vue du match des Étoiles à l’issue d’un scrutin mené auprès des amateurs.

«Mon approche a toujours été la même depuis que j’ai commencé à pratiquer ce sport à l’âge de 3 ans et demi, et c’est d’avoir du plaisir et d’apprécier tout ce que le hockey procure de mieux. Et ça inclut jouer avec vos coéquipiers, gagner, marquer des buts et célébrer. Je ne change pas peu importe l’endroit où je joue.»

Subban dit d’ailleurs se sentir de plus en plus à l’aise dans son nouvel environnement, même s’il admet qu’il a encore de bonnes pensées pour Montréal.

«J’ai une petite routine agréable et j’adore ça ici. J’ai commencé à me sentir à l’aise en ville il y a environ un mois et demi et à me faire de nouveaux amis. Ce qu’il y a de plus difficile à Nashville, c’est que vos amis qui vous rendent visite ne veulent jamais partir! Ils veulent passer la semaine ici!, a-t-il lancé en riant. C’est merveilleux ici, mais il n’y a pas de doute que je m’ennuie de mes amis de Montréal et surtout des fans. Mais c’est beau d’être capable de se faire de nouveaux amis et supporters.»

Parmi les liens que Subban a gardés avec Montréal, il y a ceux qu’il a commencé à tisser avec la Fondation de l’hôpital de Montréal pour enfants en septembre 2015. Malgré son déménagement forcé, il a assuré l’organisation qu’il allait respecter son engagement de verser 10 millions $ en sept ans, et selon Kimberly Fraser, vice-présidente aux communications de la Fondation, plusieurs activités sont déjà au programme en 2017.

De plus, au moins deux jeunes patients de l’hôpital ont eu droit à un beau cadeau d’après-Fêtes: un voyage en jet privé vers Nashville pour le match de mardi.

«Je suis un homme chanceux, car j’ai plein d’amis qui font leur part et qui aident. L’un d’eux, John Fitzgerald a proposé de permettre à des jeunes de monter à bord de son avion personnel et de les amener au match, a raconté Subban. L’idée est de permettre à des jeunes de vivre une expérience spéciale, et peut-être que ce sera un fait saillant pour eux. Je suis heureux de pouvoir faire quelque chose du genre pour eux, et ça démontre que le hockey va plus loin que ce qui se passe sur la glace. J’espère qu’ils feront un beau voyage.»

Déçu et optimiste

Subban est évidemment déçu de rater le premier grand rendez-vous avec l’équipe qui l’a repêché et développé au fil des ans, mais il se dit optimiste de revenir au jeu bientôt et surtout, de ne pas manquer, en mars, la visite des Predators de Nashville au Centre Bell, un endroit qu’il qualifie d’absolument spécial.

Répétant les propos de Poile lundi, Subban s’attend à retrouver sa place dans la formation d’ici trois semaines. Absent depuis le 17 décembre en raison d’une blessure au haut du corps, Subban manquera un huitième match d’affilée ce soir.

«Je me rappelle avoir joué quelques matchs, peut-être les cinq précédant ceux avant que je doive être retiré de la formation, où je sentais que c’était plus difficile. Ce qui est positif, c’est que je vois qu’il y a du progrès tous les jours. Mais c’est frustrant et j’aurais aimé être en uniforme ce soir. Mais je vais devoir me fier à mes coéquipiers pour aller chercher les deux points au classement.»

En son absence, les Predators affichent un dossier de trois victoires, deux défaites et deux revers en prolongation. L’équipe connaît d’ailleurs une première moitié difficile avec 16 victoires et 38 points en 36 rencontres.

«Nous avons prouvé que nous pouvons battre les meilleures équipes de la ligue, mais nous n’avons pas toujours été constants. Et c’est ce sur quoi nous devons travailler.»

En 29 matchs cette année, Subban a amassé sept buts — un de plus qu’en 68 rencontres avec le Canadien l’an dernier — et dix mentions d’assistance. Il affiche toutefois l’un des pires différentiels dans la LNH, à moins-11.

Aussi dans Sports :

Dû à un problème technique relié à la publication de publicités sur notre site web, nous avons temporairement désactivé la zone de commentaires sur le site web. En attendant que le problème soit réglé, nous invitons les lecteurs à faire leurs commentaires via notre page Facebook, soit directement sur notre mur, ou en message privé. Merci de votre compréhension et merci de nous lire!