Elise Amendola Elise Amendola / The Associated Press

Boston a dit adieu à l’homme surnommé «le Bruin suprême».

L’organisation des Bruins a tenu «un moment de célébration et d’applaudissements» en l’honneur de Milt Schmidt avant le match de jeudi soir contre les Oilers d’Edmonton. L’ancien capitaine, entraîneur-chef et directeur général des Bruins a rendu l’âme mercredi à l’âge de 98 ans.

Le membre du Temple de la renommée du hockey était l’aîné de tous les anciens joueurs de la LNH.

«Milton Conrad Schmidt est arrivé ici, sur la rue Causeway, en 1936. Et, de bien des façons, il n’a jamais quitté, a déclaré l’annonceur-maison aux spectateurs réunis au Garden de Boston. Milt Schmidt possédait tous les traits que nous savons nécessaires pour être un Bruin de Boston.»

Schmidt a aidé les Bruins à remporter deux coupes Stanley avant de s’enrôler dans l’Aviation royale canadienne quelques mois après les attaques sur Pearl Harbor, survenues en décembre 1941. Il est revenu et a remporté le trophée Hart, remis au joueur le plus utile, en 1951. Il a ensuite été l’architecte des éditions des Bruins de Boston qui, menées par Bobby Orr, ont gagné la coupe Stanley en 1970 et en 1972.

Lors de la cérémonie d’avant-match, les Bruins ont baissé la bannière circulaire arborant l’ancien numéro 15 de Schmidt et diffusé une vidéo relatant quelques-uns des plus grands moments de sa carrière. Au lieu de l’habituelle minute de silence, l’annonceur a demandé «un moment de célébration et d’applaudissements», et la foule a réagi.

Une autre vidéo a été diffusée entre les première et deuxième périodes.

Le numéro 15 avait été peint derrière les filets des deux équipes et les joueurs des Bruins portaient un écusson en hommage de l’ancienne légendre de l’organisation.

Originaire de Kitchener, en Ontario, Schmidt a été le pivot de la «Kraut Line» avec Bobby Bauer et Woody Dumart, et les membres de ce trio ont occupé les trois premiers rangs du classement des marqueurs en 1940.

Même s’il a raté trois saisons complètes à cause de la Deuxième Guerre mondiale, Schmidt a pris sa retraite à l’âge de 36 ans avec une récolte de 229 buts, 346 passes et 466 minutes de punition.

En tant qu’entraîneur, Schmidt a atteint a finale de la coupe Stanley en 1957 et en 1958, s’inclinant chaque fois face au Canadien de Montréal. Mais il était devenu le directeur général des Bruins lorsque Orr a fait ses débuts en 1966.

À la date limite des transactions, en 1967, Schmidt a orchestré une transaction qui a permis aux Bruins d’acquérir les services de Phil Esposito, Ken Hodge et Fred Stanfield des Blackhawks de Chicago. Trois ans plus tard, les Bruins gagnaient la première de deux coupes Stanley en trois saisons.

«J’ai connu Milt lorsque je suis arrivé à Boston, et j’ai rapidement appris qu’il était un extraordinaire ambassadeur pour le hockey, un vrai gentilhomme, et qu’il représentait ce qu’était un joueur des Bruins, a déclaré le président des Bruins, Cam Neely, cette semaine.

«Lorsque les gens aujourd’hui parlent du ‘hockey des Bruins’, ils parlent du style que Milt a créé, et que des générations de Bruins qui ont suivi ont tenté d’imiter.»

Aussi dans Sports :

blog comments powered by Disqus