The Associated Press Rafael Nadal

MELBOURNE, Australie — Rafael Nadal a eu raison de Grigor Dimitrov en cinq sets pour mettre la table à un match emblématique contre Roger Federer aux Internationaux d’Australie, où tous les finalistes en simple sont âgés de plus de 30 ans.

Nadal a complété le quatuor de trentenaires, vendredi, lorsqu’il a défait Dimitrov 6-3, 5-7, 7-6 (5), 6-7 (4), 6-4 en déployant une débauche d’efforts lors d’une demi-finale qui a duré quatre heures et 56 minutes.

Federer, âgé de 35 ans, et les soeurs Williams — Venus, 36 ans, et Serena, 35 ans — avaient déjà assuré leur place en finale la veille.

Avec Federer et Nadal de retour à la compétition après avoir soigné des blessures, et ni l’un ni l’autre n’ayant gagné un tournoi majeur depuis la mi-2014, une neuvième finale en Grand Chelem entre les deux joueurs qui ont autrefois dominé la scène du tennis masculin était considérée comme très improbable à Melbourne.

Nadal, qui a pris congé pendant quelques mois pour reposer son poignet gauche blessé après une année 2016 faite de hauts et de bas qui avait commencé par une élimination surprenante en première ronde en Australie, occupait le 9e rang mondial. Federer, qui s’est accordé une pause de six mois pour reposer son genou gauche opéré, était classé 17e.

À eux deux, ils revendiquent 31 titres en Grand Chelem. Dimanche, Federer tentera d’améliorer son record du tennis masculin de 18 titres majeurs. Nadal visera à réduire l’écart et de se hisser au deuxième rang de la liste de tous les temps en gagnant son 15e.

Federer aime le tennis, et il est plus que probable qu’il aurait regardé le match de vendredi soir comme un spectacle à un certain moment.

Nadal a dû faire preuve d’endurance.

«Grigor a joué de façon incroyable. C’était un grand match. Je suis très heureux d’en avoir fait partie. J’ai beaucoup aimé l’expérience, a révélé Nadal. Me qualifier pour la finale grâce à un match comme celui-ci signifie beaucoup pour moi.»

Contre Dimitrov, âgé de 25 ans, surnommé le «Baby Fed» en raison des similitudes avec le style de Federer, Nadal a déployé la puissance brute et la détermination qui lui ont permis d’occuper le premier rang mondial pendant 141 semaines à partir du lendemain de sa conquête de la médaille d’or aux Jeux de Pékin en 2008 — après avoir passé 160 semaines consécutives au deuxième rang derrière Federer.

Dimitrov a remporté le tournoi de Brisbane plus tôt ce mois-ci, où Nadal avait subi l’élimination en quarts de finale, et il disputait seulement sa deuxième demi-finale d’un tournoi majeur. Son palmarès était de 1-7 contre Nadal avant ce match.

Mais ses 20 as, envoyés avec précision, lui ont permis de briser Nadal quatre fois et il a totalisé 79 coups gagnants.

Après avoir concrétisé sa 21e victoire en 24 demi-finales en tournoi majeur, Nadal s’est laissé tomber sur le court et s’est voilé le visage pendant quelques secondes avant de se relever et de faire l’accolade à Dimitriov au filet.

Ce sera la première fois de l’ère professionnelle que les quatre finalistes en simple sont âgés de plus de 30 ans.

Nadal présente une fiche de 23-11 lors de ses confrontations contre Federer et il a l’avantage 6-2 en finale en Grand Chelem.

Federer, malgré ses quatre titres en Australie, n’a jamais vaincu Nadal au Rod Laver Arena.

Les soeurs Williams se sont entraînés au Melbourne Park, vendredi, à la veille de la finale dames où Serena sera en quête d’une 23e titre en Grand Chelem, ce qui constituerait un record de l’ère moderne.

Venus Wiliams n’a pas disputé une finale d’un tournoi du Grand Chelem depuis sa défaite face à sa soeur à Wimbledon en 2009 et elle a gagné le dernier de ses sept titres majeurs l’année précédente à Wimbledon.

En double dames, Bethanie Mattek-Sands et Lucie Safarova ont décroché leur deuxième titre ensemble en Australie grâce à une victoire de 6-7 (3), 6-3, 6-3 aux dépens de Andrea Hlavackova et Peng Shuai.

Mattek-Sands et Safarova avait gagné le titre à Melbourne en 2015 — le premier de leurs quatre titres majeurs ensemble — mais elles ont été incapable de le défendre en 2016 en raison de la maladie.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!