L’association américaine de tennis (USTA) a dû s’excuser samedi après que l’interprète des hymnes nationaux au tournoi de la Fed Cup eut chanté les paroles de l’hymne national allemand du temps du nazisme plutôt que les paroles actuelles.

Les deux hymnes sont issus de la même oeuvre, le chant des Allemands (Deustchlanlied), dont les paroles ont été composées par August Heinrich Hoffmann von Fallersleben au 19e siècle. Après la chute du régime nazi, les paroles très nationalistes des premiers couplets de l’hymne ont été sources de controverse. On y chante notamment que «l’Allemagne est au-dessus de tout le monde». Depuis la réunification de l’Allemagne, en 1991, seul le troisième couplet du chant des Allemands se trouve dans la version officielle de l’hymne national.

Toutefois, samedi à Hawaï, c’est le premier couplet, a caractère très nationaliste, qui a été interprété, ce qui a suscité la colère de l’équipe de tennis allemande, qui a entonné les paroles du troisième couplet pour tenter d’enterrer le chanteur. La joueuse Andrea Petkovic s’est dit outrée après le match, dans lequel elle affrontait Allison Riske. «Je pense que c’est le summum de l’ignorance, a-t-elle affirmé. Je n’ai jamais senti un aussi grand manque de respect de toute ma carrière en Fed Cup. Je joue depuis 13 ans à la Fed Cup et c’est la pire chose qui me soit arrivée.»

La USTA a rapidement réagi à la controverse et s’est excusé publiquement à plusieurs reprises sur Twitter. «La USTA offre ses plus sincères excuses à l’équipe allemande de Fed Cup et aux spectateurs pour l’hymne national désuet. Cette erreur ne se reproduira pas», ont-ils écrit.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!