Graham Hughes Graham Hughes / La Presse Canadienne

MONTRÉAL — Malgré la défaite, Claude Julien était capable de retenir un peu de positif du premier match de son deuxième règne à la barre du Canadien.

Julien a louangé le gardien Carey Price, qui avait son aplomb des beaux jours. Pour ce qui est du reste, l’entraîneur a commencé à faire sa liste d’épicerie.

«J’ai vu beaucoup de nervosité et un petit manque de confiance, a analysé Julien après la défaite de 3-1 face aux Jets de Winnipeg, samedi. Ce n’est pas le système, c’est la confiance. Nous allons devoir trouver notre confiance dans les prochains jours. Nous devons être meilleurs sans la rondelle pour pouvoir passer plus de temps avec la rondelle.»

Julien n’avait profité que d’un seul entraînement pour amorcer le peaufinage du jeu de l’équipe puisqu’elle profitait de son congé forcé de cinq jours lors de son embauche. Julien a aussi été privé d’un entraînement matinal samedi, puisque le match était présenté en après-midi.

Il avait mentionné vendredi qu’il ne souhaitait pas bombarder les joueurs de changements tactiques. Il a tout de même apprécié l’application de certains nouveaux enseignements.

«Nous avons généré plusieurs surnombres en deuxième période et je pense que les joueurs commençaient à comprendre ce que nous voulons faire, a noté Julien, qui a aussi apporté des changements au niveau du désavantage numérique. La défaite fait mal, mais j’ai vu du positif. J’ai aussi vu d’autres choses à réparer ou à améliorer.»

Un des changements apportés par Julien vendredi était le retour d’Alex Galchenyuk sur le premier trio en compagnie de Max Pacioretty et Alexander Radulov. Si l’unité a provoqué le seul but du Tricolore face aux Jets, elle n’a pas toujours connu des moments forts et Galchenyuk a été remplacé par Phillip Danault au troisième tiers.

«Nous passions trop de temps dans notre zone, a admis Pacioretty. C’est frustrant. L’équipe compte sur nous pour générer de l’attaque, nous donner du rythme.»

Julien a toutefois affirmé qu’il fallait faire preuve de patience avec les jeunes joueurs de l’équipe.

«Les erreurs font partie du hockey, a-t-il rappelé. Il faut être patient avec certains joueurs. Nous sommes dans la nouvelle LNH et en raison du plafond salarial, vous allez avoir de jeunes joueurs dans votre formation. Si vous voulez qu’ils s’améliorent, ils doivent jouer et ça peut parfois dire qu’il faut vivre avec leurs erreurs.»

Julien est aussi prêt à faire de preuve de patience avec l’ensemble de l’équipe, même s’il espère probablement voir ses poulains renouer rapidement avec la victoire.

Les équipes de la LNH qui ont procédé à un changement d’entraîneur pendant la saison actuelle ont connu rapidement du succès. Julien a toutefois un exemple différent en tête.

«Regardez les Penguins de Pittsburgh la saison dernière, ils en ont arraché avec leur nouvel entraîneur au début pendant qu’il effectuait des ajustements, a raconté Julien en revenant sur la transition de Mike Johnston à Mike Sullivan, qui a finalement guidé les Penguins vers la victoire en finale de la Coupe Stanley. J’aimerais faire la même chose et j’aimerais bien sûr obtenir le même résultat.

«Il y a certainement de l’espoir. Nous sommes une bien meilleure équipe que ce que nous avons vu aujourd’hui (samedi). Et nous allons être meilleurs.»

Julien profitera maintenant de deux jours d’entraînement pour continuer à mettre son empreinte sur l’équipe.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!