RAY GIGUERE RAY GIGUERE / La Presse Canadienne

L’instauration d’un plafond salarial a rendu plus difficile pour les équipes de la Ligue nationale de hockey de réaliser des transactions. Mais cela n’a pas toujours été le cas.

À l’approche de l’heure limite des transferts, fixée à mercredi 15h, la série hebdomadaire de La Presse canadienne en marge du centenaire de la LNH revient sur quelques-uns des échanges les plus spectaculaires jamais conclus.

GRETZKY PASSE AUX KINGS

Cette liste pourrait commencer et se terminer avec l’échange qui a expédié Wayne Gretzky des Oilers d’Edmonton aux Kings de Los Angeles en 1988. La «Merveille» vient de gagner une quatrième coupe Stanley en cinq ans quand le propriétaire des Oilers, Peter Pocklington, procède à un échange avec les Kings qui réunit des joueurs, des choix au repêchage et une somme de 15 millions $ US versée dans le compte bancaire de Pocklington. Des partisans des Oilers et des amateurs à travers le Canada réagissent avec colère, mais l’«Échange» transformera le hockey à jamais. Il contribue aussi à enraciner le hockey en Californie, menant à l’ajout d’équipes dans cette région du continent.

ROY ÉCHANGÉ À L’AVALANCHE

Patrick Roy a largement contribué à la conquête de deux coupes Stanley avec le Canadien de Montréal, mais une soirée particulièrement difficile en 1995 scelle le sort du gardien avec la formation montréalaise. L’entraîneur-chef Mario Tremblay laisse son gardien étoile accorder neuf buts dans un revers de 11-1 contre les Red Wings de Detroit, le 2 décembre au Forum. Après avoir finalement été remplacé, un Patrick Roy en colère s’arrête devant le président Ronald Corey, assis derrière le banc de l’équipe, et lui dit qu’il a joué son dernier match avec le Tricolore. Quatre jours plus tard, le directeur général Réjean Houle échange Roy à l’Avalanche du Colorado en retour de trois joueurs. Au printemps de 1996, l’Avalanche gagne la première de deux coupes Stanley avec Roy comme gardien de but, l’autre en 2001.

LINDROS AUX FLYERS

Les Nordiques de Québec font d’Eric Lindros le tout premier choix de la séance de sélection de 1991, même si l’imposant joueur de centre annonce aux dirigeants de l’équipe qu’il n’a nullement l’intention de se joindre à eux. L’année suivante, les Nordiques procèdent à une transaction monstre avec les Flyers de Philadelphie grâce à laquelle ils mettent la main sur Lindros en cédant cinq joueurs, dont Peter Forsberg, un choix au repêchage et une somme de 15 millions $. Si les Flyers étaient emballés à l’idée d’obtenir les services d’un des joueurs les plus doués, physiquement, de l’histoire de la LNH, l’organisation des Nordiques en a aussi profité. Mais ce sont les amateurs de hockey du Colorado qui ont pu célébrer lorsque l’Avalanche a remporté le précieux trophée en 1996.

NEELY AUX BRUINS

Les Canucks de Vancouver sélectionnent Cam Neely au neuvième rang lors de la séance de sélection de 1983, mais perdent patience à l’endroit de l’attaquant de puissance, qu’ils cèdent aux Bruins de Boston, en compagnie d’un choix de premier tour en 1987, en retour du centre Barry Pederson. Originaire de Comox, en Colombie-Britannique, Neely n’a jamais récolté plus que 39 points avec les Canucks, mais obtient 36 buts dès sa première campagne dans l’uniforme des Bruins. Avant d’annoncer sa retraite en 1996, il connaîtra trois saisons d’au moins 50 buts. Pederson inscrit 24 buts à sa première saison avec les Canucks, mais ne franchira plus jamais le plateau des 20 buts. Et comme s’il ne s’agissait déjà pas d’une transaction à sens unique, les Bruins ont utilisé le premier choix pour repêcher le défenseur Glen Wesley, qui connaîtra une carrière de 20 saisons dans la LNH.

GILMOUR AUX MAPLE LEAFS

L’acquisition par les Maple Leafs de Toronto du centre Doug Gilmour dans un échange impliquant 10 joueurs avec les Flames de Calgary en 1992 permet à la formation de la Ville Reine de vivre des moments enivrants et de s’approcher d’une participation à la finale de la Coupe Stanley comme jamais depuis 1967, année de leur dernier triomphe. À ses deux premières saisons complètes avec les Maple Leafs, Gilmour accumule 238 points et mène son équipe à deux présences consécutives en finale d’association. Dans l’échange, les Flames mettent la main sur Gary Leeman, un ancien marqueur de 50 buts, mais ils ratent les séries au printemps de 1992 et devront attendre jusqu’en 2004 avant de franchir le premier tour des séries éliminatoires.

ESPOSITO AUX BRUINS

Les Bruins de Boston mettent la main sur le joueur de centre Phil Esposito et les attaquants Ken Hodge et Fred Stanfield dans un transfert de six joueurs avec les Black Hawks de Chicago en 1967. Esposito remportera cinq fois le trophée Art-Ross, remis au meilleur pointeur de la LNH, incluant en 1970-71 alors qu’il amassera 76 buts et 76 mentions d’aide en 78 matchs. Esposito aidera aussi les Bruins à remporter la coupe Stanley en 1970 et en 1972, leurs deux premiers titres depuis 1941.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!