MONTRÉAL — Le gardien Evan Bush souhaite que l’Impact de Montréal tire une leçon dont il se souviendra pour toute la saison de son effondrement dans les dernières minutes de son match d’ouverture locale.

Le onze montréalais a laissé filer une avance de deux buts dans les sept dernières minutes de jeu contre les Sounders de Seattle, la semaine dernière.

Bush dit qu’il est crucial que l’équipe apprenne de ces erreurs, surtout à l’aube d’une série de trois matchs sur les pelouses adverses. Après le New York City FC samedi, l’Impact jouera à Chicago et Los Angeles.

«On rencontre toujours certaines difficultés en début de saison, a souligné Bush. Ce sont seulement des trucs sur lesquels vous devez travailler. Chaque fois qu’un incident comme samedi se produit, vous apprenez.

«Mentalement, c’était problématique. Quand vous défendez une avance de deux buts, vous devez le faire intelligemment. Nous avons joué un match plutôt bien samedi. Nous avons été très bons pendant 80 minutes. Mais nous n’avons pas conclu le match de la bonne façon.»

L’Impact (0-1-1) devra mieux jouer défensivement contre NYCFC, qui compte sur plusieurs menaces offensives comme David Villa et Thomas McNamara, ainsi que sur le vétéran fabricant de jeux Andrea Pirlo.

Les New-Yorkais (1-1-0) ont d’ailleurs mené la Major League Soccer avec 62 buts la saison dernière, 13 de plus que l’Impact.

Le NYCFC est toutefois privé du milieu de terrain Frank Lampard, qui a pris sa retraite le mois dernier. Lampard a marqué 12 buts en 2016. Le club espère que le nouveau venu Maximiliano Moralez, un milieu dynamique, pourra pallier le manque à gagner.

Les hommes de Patrick Vieira ont éprouvé des ennuis en lever de rideau, s’inclinant 1-0 à leur première sortie. Mais ils ont répliqué en maltraitant D.C. United 4-0. Villa a marqué deux fois dans ce match. L’Espagnol a toujours connu du succès contre l’Impact, comme en font foi ses cinq buts en autant de matchs.

«C’est une équipe dangereuse que nous afronterons samedi, a noté le défenseur Chris Duvall. Ils ont marqué quatre buts contre une très bonne équipe défensive. Il faudra se le rappeler. Nous tentons d’être un petit peu plus organisés. Nous savons qu’avec nos avants, nous allons marquer des buts. Si nous demeurons organisés en défense, nous aurons des chances.»

Comme toujours, l’Impact devra négocier avec le terrain du Yankee Stadium, le plus petit de la ligue.

«En raison de la position du terrain par rapport aux estrades, on dirait que vous jouez dans une pente, a noté Bush. Et en raison de la dimension du terrain, on dirait qu’on est dans une ‘machine à boule’.»

L’Impact a une fiche de 1-1-1 au Yankee Stadium, qui est en train de devenir la forteresse du NYCFC: l’équipe à une fiche de 8-0-1 à ses neuf derniers matchs à domicile, avec 28 buts marqués contre neuf au cours de cette séquence.

Même s’il a bousillé une avance de 2-0 dans ce premier match à domicile, l’Impact a démontré de belles choses. Ignacio Piatti et Matteo Mancosu ont fait preuve d’une belle chimie sur le terrain et l’équipe a été solide au milieu de terrain.

«Ce sera un match très difficile, a déclaré Vieira au site internet du NYCFC. Montréal compte sur des joueurs très talentueux. Piatti est l’un de ceux-là, mais nous devrons tous les avoir à l’oeil.»

Le match se mettra en branle à compter de 14h.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!