Jacques Boissinot Jacques Boissinot / La Presse Canadienne

QUÉBEC — Deux centimètres. C’est tout ce qu’il manquait à Alex Harvey dimanche pour enlever les honneurs de la poursuite de 15 kilomètres en style libre aux Finales de la Coupe du monde de ski de fond de Québec, remportée au ‘photo-finish’ par le Norvégien Johannes Hosflot Klaebo.

Klaebo et Harvey, de St-Ferréol-les-Neiges, se sont livré une lutte de tous les instants qui a culminé avec un sprint final endiablé, à l’issue duquel ils ont complété la distance en 32 minutes et 44,5 secondes. Le podium a été complété par le Norvégien Niklas Dyrhaug, à 0,1 seconde derrière.

«C’était vraiment le ‘fun’. C’est sûr que moi je voulais jouer le podium, mais j’ignorais quel genre de stratégie les Norvégiens allaient adopter, a expliqué Harvey. Un coup que j’avais réalisé que Finn Haagen Krogh (le meneur du groupe de poursuite) était largué et que je savais que le podium était réglé, j’ai senti que j’avais moins de pression. Je savais que même si je tombais ou que je cassais un bâton, je serais sur le podium».

«Il m’a dit en franchissant le fil: ‘Je me battais contre les deux Norvégiens’, a renchéri le père d’Alex Harvey, Pierre. Il est passé à un cheveu de l’emporter — c’est deux centimètres —, mais c’est parfait. C’est un scénario parfait.»

En vertu de ces résultats, Klaebo a remporté le mini-tour — les trois épreuves du week-end combinées — avec un temps de 1:09:05,6, soit le même que Harvey. Le jeune fondeur étoile de l’équipe norvégienne a toutefois reçu le titre en raison de ses deux victoires ce week-end, contre une pour Harvey (au sprint).

«J’étais très fatigué aujourd’hui, et c’est indescriptible comme sensation de pouvoir l’emporter en dépit de ça. J’ai tout donné ce qu’il me restait lors du sprint final. Maintenant, je m’en vais me coucher et dormir au moins 20 heures», a mentionné Klaebo, qui avait gagné le 15 km en style classique la veille.

Le Québécois âgé de 28 ans a du même coup confirmé sa troisième place au classement cumulatif de la Coupe du monde, avec 1128 points. Le Norvégien Martin Johnsrud Sundby (1626) et le Russe Sergey Ustiugov (1176), qui n’étaient pas à Québec, furent les seuls à le devancer. Klaebo a terminé quatrième, avec 884.

Un chien sur la piste

Comme dans un film d’action, la poursuite s’est révélée rocambolesque.

Harvey, qui s’est élancé sur le parcours simultanément avec Dyrhaug, concédait au départ 22 secondes à Klaebo. Le couteau entre les dents, Harvey fut en mesure de combler ce déficit après seulement deux boucles d’une course qui en comptait quatre de 3,75 km.

Harvey, Klaebo et Dyrhaug se sont ensuite forgé une confortable avance de 47 secondes sur le groupe de poursuite, mené par Krogh. Ce dernier a toutefois ‘cassé’ à la mi-course, en raison du rythme effrené imposé par Harvey dès le départ.

Entre-temps, au troisième tour, un chien s’est faufilé sur la piste et a nui — brièvement — au groupe de tête.

«J’ai regardé en bordure du chemin pour que quelqu’un le ramasse, a confié Harvey. À ce moment-là, tout ce que je me disais c’est que ce serait ‘plate’ qu’il soit encore-là pour le sprint final et qu’il fasse trébucher l’un d’entre nous. Mais finalement ils ont repris le contrôle du chien, donc tout se termine bien.»

En dépit de cet incident, les trois protagonistes ont maintenu un coussin d’une trentaine de secondes sur leurs poursuivants, ce qui leur a permis d’établir leur propre stratégie, en prévision du sprint final vers le fil d’arrivée.

À un certain moment, les trois hommes ont pratiquement cessé de skier, pour s’épier, puis Klaebo a lancé une attaque qui a mis la table pour le ‘photo-finish’.

«Klaebo est le meilleur sprinter au monde, donc de me faire déborder par lui lors du sprint final, je n’ai pas trouvé ça trop ‘plate’. C’était presque prévisible», a admis Harvey.

Le triomphe de la vétérane

Chez les dames, Marit Bjoergen a devancé sa coéquipière norvégienne Heidi Weng et savouré sa deuxième victoire en autant de jours lors de la poursuite de 10 km.

La fondeuse de 36 ans a batu Weng par 1,2 seconde, et la troisième place est allée à la Suédoise Stina Nilsson, à une minute de la gagnante.

«Je savais que ça se réglerait au sprint avec Heidi aujourd’hui, et ça vient clore la saison d’une très belle façon, a dit Bjoergen. Je suis 10 ans plus vieille qu’Heidi, donc c’est une très bonne sensation de finir devant elle.»

En vertu de ces résultats, Bjoergen a terminé au sommet du classement général du mini-tour avec un chrono de 49:20,5. Weng a fini deuxième et Nilsson a complété le podium.

Bjoergen et Weng ont entamé le tracé avec 29 secondes d’avance, et elles ont gardé un bon coussin tout au long de la course.

Emily Nishikawa a été la meilleure fondeuse canadienne en finissant 38e.

Les résultats de la poursuite n’avaient aucun impact sur le classement cumulatif de la Coupe du monde, puisque Weng était déjà assurée d’obtenir le gros globe de cristal.

Aussi dans Sports :

blog comments powered by Disqus