Des vieux routiers aux jeunes innovateurs, avec ou sans vestons ou chapeaux, la LNH a connu plusieurs entraîneurs inoubliables au fil des 100 dernières années.

Dans sa plus récente chronique retraçant les 100 ans de la LNH, une série hebdomadaire produite par La Presse canadienne, voici quelques-uns des entraîneurs les plus marquants de l’histoire.

ART ROSS

Lorsque les Bruins de Boston ont joint les rangs de la LNH en 1924, leur entraîneur leur a permis de remporter à trois reprises la coupe Stanley et de terminer 10 fois au sommet du classement de la Ligue. Défenseur offensif lorsqu’il était joueur, on a donné son nom au trophée remis au meilleur marqueur de la LNH.

JACK ADAMS

Oui, celui-là même qui a prêté son nom au trophée qu’on décerne à l’entraîneur de l’année. Il a mené les Red Wings de Detroit à conquête de la coupe Stanley en 1936, 1937 et 1943. Adams a été entraîneur pendant 20 ans à partir de 1928, et a été le redoutable directeur-général, antisyndicaliste, qui a bâti la puissance que sont devenus les Red Wings des années 1950.

HAP DAY

Day a permis aux Maple Leafs de Toronto de soulever la coupe Stanley à cinq reprises en une décennie, dans les années 1940.

DICK IRVIN

Il a remporté la coupe avec les Maple Leafs, mais est davantage connu pour l’avoir gagné trois fois dans les années 1940 et au début des années 1950 avec une dynastie émergente à Montréal.

TOE BLAKE

Celui qui ne sortait jamais sans son chapeau Fedora a pris la relève d’Irvin et a guidé le Canadien à cinq coupes Stanley consécutives à la fin des années 1950. Il a ensuite permis au Tricolore de remporter trois autres titres en l’espace de quatre ans, avant de prendre sa retraite en 1968.

PUNCH IMLACH

Le principal rival de Toe Blake était l’entraîneur intransigeant qui a mené les Maple Leafs à trois coupes consécutives au début des années 60, et en a volé une à Montréal avec une équipe hallucinante en 1967.

FRED SHERO

Le célèbre entraîneur des Flyers de Philadelphie, qui a provoqué l’arrivée des entraîneurs-adjoints et qui a initié l’entraînement matinal les jours de match, a mené les siens à deux coupes, en 1974 et en 1975, avec une équipe composée de joueurs robustes et un solide jeu d’équipe.

ROGER NEILSON

«Capitaine vidéo» a été l’entraîneur de huit équipes de 1978 à 2002. L’entraîneur à la chevelure bouclée était constamment à la recherche de nouvelles méthodes d’entraînement et cherchait aussi à trouver les failles dans le livre de règlements. La fameuse fois où il a agité une serviette blanche en guise de moquerie envers les arbitres demeure un classique gravé dans la mémoire de plusieurs.

AL ARBOUR

L’un des rares joueurs à porter des lunettes sur la glace est devenu l’un des entraîneurs les plus intellos de la puissante dynastie qu’étaient les Islanders de New York au début des années 1980. Une équipe avec laquelle il a remporté quatre coupes Stanley d’affilée, dont une séquence victorieuse de 19 matchs.

SCOTTY BOWMAN

Il est celui qui a dirigé le plus de matchs (2141), qui a gagné le plus de matchs (1244) et qui a remporté le plus de coupe Stanley (9). Plusieurs le considèrent comme le meilleur entraîneur de tous les temps. Il a habilement dirigé des équipes bourrées de talent à Montréal, à Pittsburgh et à Detroit.

GLEN SATHER

«Slats» était l’entraîneur pendant l’ère Wayne Gretzky lorsque les Oilers d’Edmonton ont récolté quatre coupes en cinq ans, dans les années 1980. Il a ensuite été le directeur général de l’équipe lorsqu’elle a remporté les grands honneurs en 1990. En séries éliminatoires, il affichait un pourcentage de victoire de ,705.

PAT QUINN

Quinn a dirigé 1400 matchs dans la LNH et s’est rendu à deux reprises en finale de la Coupe Stanley. Le célèbre entraîneur a toutefois connu ses meilleurs moments à la tête de l’équipe nationale canadienne, remportant l’or aux Jeux olympiques de 2002, à la Coupe du monde de hockey en 2004 et au Championnant mondial junior en 2009.

PAT BURNS

L’ancien policier au caractère bourru a remporté le trophée Jack Adams à Montréal, Toronto et Boston, mais n’a pas remporté de coupe Stanley avant 2003 avec les Devils du New Jersey.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!